Mon traître : le roman de Sorj Chalandon n’en finit pas d’émouvoir sur les planches

Écrit par Julie Cadilhac Catégorie : Roman graphique Mis à jour : mercredi 24 janvier 2018 11:11 Affichages : 503

mon traitrePar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ L’époustouflant roman de Sorj Chalandon a d’abord été transposé brillamment au théâtre en 2013 par le jeune metteur en scène Emmanuel Meirieu…Il revient en 2018 de manière tout aussi percutante et émouvante sur d’autres planches, celles du neuvième art, grâce au talentueux Pierre Alary.

Rappelons le pitch d’abord qui s’inspire de l’histoire personnelle de l’auteur, devenu ami avec Denis Donaldson (membre de l'IRA provisoire ( l'Armée républicaine irlandaise) et du Sinn Féin dont on découvre en 2005 sa collaboration secrète avec le MI5 et le Special Branch) alors qu’il était journaliste à Libération et qu’il s’était spécialisé dans le conflit en Irlande du Nord.
Nous voilà à Belfast en 1977. Antoine, luthier à Paris, violoniste et féru de musique traditionnelle irlandaise, rencontre Tyrone, vétéran de l'IRA. En 1979, Tyrone est arrêté par les Britanniques et libéré en 1981 sans explication. Antoine ( surnommé Tony) et Tyrone se voient régulièrement. L’IRA dépose les armes en 1994 et elle arrête Tyrone en 2006 . Ce dernier avoue qu’il est devenu un agent double et a vendu des informations aux Anglais depuis 1981. Tyrone est assassiné en 2007 par un commando.

Le salaud, c’est parfois un gars formidable qui renonce.

Bouleversant récit autobiographique, « Mon traître » est remarquablement adapté sous forme de roman graphique par Pierre Alary. Ce dernier a su restituer l’émotion qui étreint l’ensemble de l’oeuvre et la complexité des relations entre Tyrone et Tony. Le français, admiratif de ce personnage charismatique, pétri par les valeurs patriotiques et humanistes que son « mentor » véhicule, voit son monde s’écrouler lorsqu’il découvre la traîtrise de Tyrone. Pourtant, l’impossibilité d’accepter que tout ce qui a été partagé était faux force le coeur à trouver des explications, à convoquer des souvenirs qui nient la réalité écrasante. Le scénario réussit à conter cette amitié exceptionnelle tout autant qu’il l’insère dans l’histoire d’un pays secoué par un conflit interne dévastateur. Le dessin très expressif s’accompagne de manière pertinente d’une colorimétrie monochrome…chaque monopole de couleur invitant un sentiment et confortant la fiction dans le passé du souvenir. Un album à offrir, à s’offrir pour s’interroger encore et toujours sur la complexité humaine et plonger dans l’Histoire au travers d’une histoire personnelle mémorable.

Mon traître
D’après le roman de Sorj Chalandon
Auteur : Pierre Alary
Editions : Rue de Sèvres
Parution :
Prix : 20€

 

Alary

A lire aussi :

Emmanuel Meirieu : « Il y a la technique et il y a le cœur »