Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Jacques Gamblin : la fraternité des vagues en partage

Écrit par Julie Cadilhac Catégorie : Théâtre Mis à jour : mardi 28 novembre 2017 06:44 Affichages : 259

GamblinPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Janvier 2014. Le navigateur Thomas Coville tente pour la quatrième fois de battre le record du tour du monde à la voile en solitaire sur son trimaran. A Sainte-Hélène, un anticyclone s’installe et le navigateur hors-pair est forcé de faire demi-tour.

Pendant trente jours, Jacques Gamblin, ami de Thomas, lui écrit quotidiennement. Est livrée ici la correspondance originale entre deux hommes aux univers très différents et qui pourtant puisent dans la fraternité et la complicité de leur relation le courage nécessaire pour monter sur scène ou braver les vents et continuer coûte que coûte à avoir foi en l’humain malgré ses complexités. Un échange passionnant pétri d’humour et d’émotion, où l’introspection et l’écoute de l’autre sont de mise, où les questions philosophiques et l’auto-dérision sont des alternatives pour éviter de toucher le fond.
« A quoi penses-tu? » « De quoi est-il fait ton temps à toi? » « Qu’est-ce qui nous relie? » Pourquoi fait-on cela? Par désir de sensations extrêmes? pour entrer dans l’Histoire? se prouver quelque chose à soi, à d’autres?... Devant une toile de fond sur laquelle est projetée une immense carte du monde où un point jaune - représentant le trimaran de Thomas- progresse sur l’Océan(création numérique animée superbe de Pierre Nouvel), Jacques Gamblin s’interroge sur l’intérêt de cette correspondance, sur les sujets qu’il devrait aborder et la probabilité que ses emails arrivent à bon port. Entre deux manoeuvres, Thomas le lit-il? Et ces mots lui font-ils du bien? l’amusent-ils? le laissent indifférent? « Orphelin de (ses) réponses », Jacques éprouve des sentiments mêlés à propos de ce « dialogue monologué ». Alors, pour contrecarrer ces incertitudes qui pourraient paralyser son inspiration, l’humour, la poésie, la tendresse, le bon sens s’invitent chacun leur tour dans ses lettres quotidiennes. « Eclaboussé » par ses mots inspirés, le spectateur embarque par procuration pour un voyage enthousiasmant. Au fur et à mesure de la progression du trimaran, Jacques nous explique « un marin sans vent, ça gueule », Jacques s’amuse à nous perdre dans des explications techniques dont il ne maîtrise pas non plus les subtilités, Jacques plaisante « je vais me mettre au lyophilisé par solidarité ». Et puis lorsque Thomas abandonne, Jacques hésite « Et après, écrire quoi? » puis Jacques harangue «  Aime-toi plus que la météo! », Jacques s’inquiète « Protège-toi de ton courage ». Face à lui, on aime à voir le visage de Thomas apparaître sur l’écran en arrière-plan et découvrir des images d’archives de son trajet houleux.

« Je parle à un homme qui ne tient pas en place » est le témoignage d’une amitié passionnante parce que son caractère exceptionnel s'est cristallisé dans l’écriture. Les deux hommes traversent ensemble au fil des échanges un moment de leur vie et tissent une relation qui ne peut se comparer aux autres. Simplement parce qu’elle se forge dans la rencontre heureuse de deux esprits aux besoins simultanés à un instant donné.

Ce que tu m’as dit m’a sans doute transformé à jamais.

Thomas Coville


La force de ce spectacle réside, à notre avis, autant dans la présence charismatique du comédien que dans les parallèles évoqués entre la réalité du navigateur et celle de l’acteur. Tous deux doivent puiser du courage pour affronter la mer ou le public, tous deux fuient certaines responsabilités et ont à affronter leurs spectres. Tous deux ne sont pas parfaits : «Je voudrais arrêter de vouloir être parfait, ne plus m’en vouloir de tout rater. » Tandis que Jacques avoue: « J’aimerais ne jouer que des spectacles en cours », ajoute « je déteste la seconde qui précède » l’entrée sur le plateau et propose «  Et si nous appelions l’échec la victoire à l’envers? », on entend plus loin la voix de Thomas, lui répondre, en écho, qu’à chaque retour, il se sent « étranger dans un quotidien qui d’un coup n’a plus aucun sens pour (lui) » et qu’il « relira ses lettres pour tenir debout ». Navigateur remarquable -qui a remporté depuis le record du tour du monde à la voile et vient de gagner la dernière transat Jacques-Vabre dans la classe des trimarans Ultimes -, «lâche qui ne lâche rien », « illettré qui écrit des lettres », Thomas Coville est arrivé à Brest, un midi, avec une tristesse insoluble, a vu Jacques en retrait et une étreinte virile a étranglé les mots inutiles….Robert-Louis Stevenson aurait utilisé comme contre-argument à l'échec ressenti : "L'important ce n'est pas la destination, c'est le voyage". Ce spectacle en est une autre illustration tout aussi prégnante. 

Je parle à un homme qui ne tient pas en place? C'est à la fois un texte « qui ne va pas qu’à la surface des choses », une mise en scène sensible et poétique qui met des points sur les i des rêves les plus téméraires, avec l’eau partout qui miroite et dans son sillage, une amitié à bord, solide et inspirée! A voir! 

 

Jacques Gamblin - Je parle à un homme qui ne tient pas en place
Un spectacle de
 Jacques Gamblin
Textes
: Jacques Gamblin & 
Thomas Coville
Collaboration à la mise en scène : 
Domitille Bioret
Collaboration artistique : 
Bastien Lefèvre
 & Françoise Lebeau
Scénographie, vidéo : 
Pierre Nouvel
Création lumière
: Laurent Béal
Création son : 
Lucas Lelièvre
Costumes : 
Marie Jagou
Régie générale et lumière
 : Eric da Graça Neves
Régie son et vidéo : 
Antoine Prost
Avec 
Jacques Gamblin
Durée : 1h30

Dates et lieux des représentations:
- Les 22 et 23 novembre 2017 à la Scène Nationale de Sète ( 34)
- Du mar. 28/11/17 au mer. 29/11/17 à Brest - Le Quartz - Tel. +33 (0)2 98 33 70 70
- Du ven. 01/12/17 au dim. 03/12/17 à Ollioules - CNCDC Châteauvallon - Scène Nationale - Tel. +33 (0)4 94 22 02 02
- Du mar. 05/12/17 au jeu. 07/12/17 à Amiens - Maison de la Culture d'Amiens -Tel. +33 (0)3 22 97 79 77
- Du mar. 12/12/17 au ven. 15/12/17 à Toulouse -TNT - Théâtre national de Toulouse - Tel. +33 (0)5 34 45 05 05
- Du mer. 10/01/18 au jeu. 11/01/18 à Meyrin - Forum de Meyrin - Tel. +41 (0)22 989 34 34
- Le 13/01/2018 à Le Creusot - L’ARC - Le Creusot - Tel. +33 (0)3 85 55 13 11

-Du mar. 16/01/18 au mer. 17/01/18 à Antibes-Juan-les-Pins - Anthéa - Antipolis théâtre d’Antibes
- Du ven. 19/01/18 au sam. 20/01/18 à Coutances - Théâtre municipal de Coutances - Tel. +33 (0)2 33 76 78 50
- Le 23/01/2018 à Granville - L'Archipel - Granville - Tel. +33 (0)2 33 69 27 30
- Du mer. 24/01/18 au jeu. 25/01/18 à Angers - Le Quai - CDN Angers Pays de la Loire - Tel. 02 41 22 20 20
- Le 30/01/2018 à Chevilly-Larue - Théâtre André Malraux de Chevilly-Larue - Tel. +33 (0)1 41 80 69 69
- Le 01/02/2018  à Narbonne - Théâtre+Cinéma - Tel. +33 (0)4 68 90 90 20
- Du mar. 20/03/18 au mer. 21/03/18 à Lons-Le-Saunier - Les Scènes du Jura - Tel. +33 (0)3 84 86 03 03
- Du jeu. 22/03/18 au ven. 23/03/18 à Villefranche-sur-Saône - Théâtre de Villefranche - Tel. +33 (0)4 74 68 02 89
- Le 24/03/2018 à Saint-Martin-d'Hères - L'Heure Bleue - Tel. +33 (0)4 76 14 08 08
- Du jeu. 29/03/18 au ven. 30/03/18 à Annecy - Bonlieu Scène nationale - Tel. +33 (0)4 50 33 44 11
- Du ven. 06/04/18 au sam. 07/04/18 à Mulhouse - La Filature - Tel. +33 (0)3 89 36 28 28