Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Brûlent nos cœurs insoumis : une méditation sur les liens fraternels chorégraphiée par les frères Ben Aïm et mise en musique par Ibrahim Maalouf

Écrit par Imane Akalay Catégorie : Danse Mis à jour : jeudi 15 février 2018 20:44 Affichages : 549

brulentPar Imane Akalay – Lagrandeparade.fr / Au centre du plateau noir, un tracé blanc au sol dessine un carré symbolisant l’espace intérieur, la maison. Au son d’une trompette et d’un quatuor à cordes, quatre hommes vêtus de couleurs sombres dansent à l’intérieur du tracé, en respectent scrupuleusement les limites, tout à la fois protégés et contraints par les murs de leur enfance. Ils dansent épaule contre épaule, serrés et solidaires, se séparent, se retrouvent, forment des clans, se chamaillent tels de jeunes garçons.

Puis ils s’émancipent et explorent l’extérieur, un par un puis tous ensemble, et le tracé peu à peu s’efface sous leurs pas. Ils s’affranchissent de leur enfance mais se retrouvent régulièrement dans l’espace intérieur, dans des moments parfois tendres et intimes. Apparaît plusieurs fois une grande table rectangulaire, espace de convivialité de la fratrie. Mais leur dernier regroupement autour de la table familiale a lieu hors de l’espace protégé. C’est alors que s’abat sur eux le malheur, symbolisé par une avalanche de sable rouge en vagues successives, violente, intarissable. Un malheur n’arrive pas tout seul. Tandis qu’eux restent cois, hiératiques, dans une acceptation stoïque des épreuves de la vie.

Alternant épisodes de colère et moments de tendresse ou de laisser-aller, de tristesse ou de solitude, les mouvements sont tout en courbes, fluides, amples et gracieux. Empreints de mélancolie aussi, en écho à la musique composée par Ibrahim Maalouf pour ce spectacle. La partition jouée par un trompettiste, un quatuor à corde et un batteur qui apparaissent successivement sur scène par le jeu d’un éclairage tamisé, est tout en tension et en rythmes courts qui lui confèrent un caractère méditatif. La chorégraphie au rythme tendu et répétitif des frères Ben Aïm raconte la vie d’une fratrie, dans ses joies et ses peines, une vie qui se reconstruit par-delà les conflits et la mort. La musique d’Ibrahim Maalouf, la chorégraphie et l’excellente interprétation des musiciens et danseurs en font un spectacle envoûtant.

Brûlent nos cœurs insoumis

Chorégraphie : Christian et François Ben Aïm
Composition originale et direction musicale :  Ibrahim Maalouf
Dramaturgie : Guillaume Poix
Avec : les danseurs Fabien Almakiewicz, Christian Ben Aïm, François Ben Aïm, Félix Héaulme ;
et les musiciens : Geoffroy Tamisier trompettes et percussions 
et le Quatuor Voce : Sarah Dayan & Cécile Roubin violons ; Guillaume Becker alto ; Lydia Shelley violoncelle

Assistanat chorégraphique : Jessica Fouché et Mélodie Gonzales

Scénographie : Camille Duchemin

Costumes : Camille Ait Allouache

Lumières : Laurent Patissier

Son : Hervé Le Dorlot

Régie : Luc Béril

Régie scène / chef de chant : Thomas Lavoine

Décor : Thierry Rasamiarisoa et Bruno Perachon

Dates et lieux des représentations
- 18 janvier 2018 au Théâtre d'Aurillac, Scène conventionnée - scène régionale

- 21 janvier 2018 ONYX - La Carrière, Saint-Herblain [ festival Trajectoires ]
- 13 février 2018
 - 20h Le Cadran (
1bis bd de Normandie 27000 Evreux
 ) en version live - Le Tangram - scène nationale Evreux
- 
10 mars 2018 Théâtre de la Passerelle, Palaiseau
- 
15 mars 2018 Le Prisme, Elancourt

- 23 mars 2018 Théâtre de l'Hôtel de Ville, Saint-Barthélémy-d'Anjou

- 10 avril 2018 Le Trident, Scène nationale de Cherbourg