Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Carne : la danse du "tremblement" de Bernado Montet

Écrit par Justina Zilyte Catégorie : Danse Mis à jour : vendredi 14 juillet 2017 09:30 Affichages : 132

CarnePar Justina Zilyte - Lagrandeparade.fr/ Avec Carne, Bernardo Montet nous propose une danse du « tremblement », une sorte de mouvement tribal qui transcende le temps et les esthétiques. Cette notion de « tremblement » qu'il emprunte à E. Glissant, écrivain martiniquais engagé contre le colonialisme et défenseur d'une culture antillaise, est incarnée ici par cinq corps dont le débordement et la fragilité, interrogent nos représentations trop occidentalisées du monde et des vérités qu'il recèle.

Pour faire surgir ces frémissements lointains et sacrés, le chorégraphe s'est inspiré de clichés des années vingt, pris par le missionnaire et anthropologue allemand Martin Gusinde, clichés représentant les peuples de la terre de Feu en costumes de cérémonie dans leurs dernières années d'existence. Ce qui a intéressé Bernardo Montet c'est justement les derniers sursauts d'une culture vouée à la disparition et dont la perte fragilise l'harmonie du monde. Le travail sur la scénographie et les costumes est très beau et rend un bel hommage à ces photographies anciennes sans pour autant essayer de les imiter. Les choix musicaux sont audacieux et ponctués par des silences dansés. Et pour ce qui est de la chorégraphie à proprement parler, il faut bien dire qu'elle n'est pas accessible à tous les publics. Si l'on reste admiratif devant certaines performances et folies physiques des artistes, on peut néamoins souligner que ces frémissements  qui débordent et s'ajoutent les uns aux autres peuvent déconcerter, voire laisser perplexe quant au sens général. De même, certains instants délibérément suspendus où il ne semble se passer que peu de choses et les codes qui nous échappent parfois, n'aident pas toujours à ressentir la danse. On reste comme à l'écart d'un monde qui se refuse mais l'émotion est une chose fragile et un spectacle tel que celui-ci peut amener à des positions controversées mais ne laisse pas indifférent.

Carne
Chorégraphie : Bernardo Montet 
Interprètes :Patricia Guannel, Suzie Babin, Youness Aboulakoul, Marc Veh, Herwann Asseh. 
Création musicale : Pascal Le Gall 
Scénographie : Gilles Touyard 
Costume : Rose-Marie Melka

- Les 5 et 6 juillet 2017 / 20h00 au THEATRE DE LA VIGNETTE - Festival Montpellier Danse