Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Gilles Cailleau : de Bérénice au Nouveau Monde, l'art du seul-en-scène empirique

Écrit par Julie Cadilhac Catégorie : Cirque Mis à jour : lundi 31 octobre 2016 06:11 Affichages : 777

Gilles et BérénicePar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ A la Gare Franche, usine métamorphosée en théâtre à Marseille, en octobre 2016, Gilles Cailleau et la Cie Attention Fragile ont planté leur chapiteau pour quelques représentations du solo, créé en 2011, "Gilles et Bérénice", mais aussi pour poursuivre leur travail en gestation intitulé " Le Nouveau Monde" qui aura sa première lors de la 2ème Biennale des Arts du Cirque de Marseille en février 2017. 

Gilles et Bérénice est une invitation aussi fantasque que crépusculaire à visiter le vers racinien, à la croisée du cirque, du théâtre et...du pique-nique. Au centre d'un dispositif bifrontal, - les spectateurs étant assis par terre, sur "l'herbe" de deux  collines entourant une vallée -, Gilles Cailleau incarne six personnages et mêle son écriture contemporaine ( qui prise les digressions de tous genres) au verbe du XVIIème. Bérénice est allergique à la poussière, Antiochus devrait se raisonner sur la boisson et Titus a des progrès à faire en communication ; c'est sûr, vous n'aurez jamais entendu du Racine comme ça...N'empêche que la langue classique y perce comme un coquelicot fragile et précieux et enchante l'oreille chaque fois qu'elle fait une apparition. La pièce prend soudainement une dimension moins poussiéreuse ( et pour cela, on la recommande vivement pour un public adolescent) car elle est revisitée avec la volonté louable d'en extraire uniquement les substantifiques émotions et de laisser de côté l'aspect ampoulé et précieux que la diction traditionnelle de cette pièce peut risquer de produire. Finalement : cette tragédie au dénouement non fatal n'est rien de plus que l'histoire d'amours contrariés et de jeunes gens qui n'ont d'autre choix que de quitter l'insouciance, de grandir et de continuer à vivre malgré tout. Alors vibrons avec eux plutôt que d'en faire des figures tragiques inaccessibles et trônant sur un piédestal!

Gilles Cailleau a l'art de distiller une palette d'émotions très large du fait de la sincérité de son jeu sans fioriture. Son interprétation de Bérénice est d'ailleurs troublante, peut-être, nous confiera-t-il après la représentation, parce qu'il n'essaie pas de jouer une femme ; elle se constitue dans l'émotion qu'il exprime.

Cette pièce est l'occasion aussi de rire de bon coeur, notamment dans les décalages récurrents entre les descriptions poétiques proposées et le phrasé contemporain qui s'immisce et dans les anachronismes itératifs ( la scène de la tente Quechua dans la vallée du Jourdain est délicieuse!). Le comédien-circassien implique de nombreuses fois le public - l'interactivité est un cheval de bataille de l'artiste, ça se voit! - et avec quelques accessoires, trois fois rien ou presque, il nous fait revivre l'histoire de cette princesse étrangère que le peuple romain refuse à l'empereur Titus et transmet au public sa définition -subjective mais intéressante - de la tragédie : " C'est le sacrifice".

Où s'achève toujours une belle histoire d'amour passionnée? Dans un défouloir, une boîte de nuit, sous une boule à facettes argentée...n'importe où pourront s'exprimer la colère, le désespoir, la résignation de tous ceux qui soupirent : " De mon coeur je ne peux disposer". Alors ici aussi, vous l'aurez compris, c'est avec les tripes qu'on termine cette histoire et la catharsis fonctionne plutôt bien!

Gilles et Bérénice
Écriture et scénographie : Gilles Cailleau et Jean Racine.
Avec : Gilles Cailleau.
Grand accoucheur : André Gighlione.
Costumes : Virginie Breger avec la participation de Patou Bondaz.
Décor et accessoires : Christophe Brot.
Lumières : Nils Brimeur.
Avec l’aide musicale involontaire de : Nick Cave, Richard Cocciante, P. J. Harvey, Kylie Minogue, Cat Power.
Cie Attention fragile.
Durée : 2 h.
Tout public à partir de 13 ans.

- Du 30 septembre au 16 octobre 2016 à la Gare Franche ( Marseille)

Le nouveau mondeLe Nouveau Monde est un seul-en-scène qui s'interrogera sur le XXIème siècle. Quand a-t-il commencé d'ailleurs? Le 1er janvier 2000 à 0h01, avant, après? Voilà la première question à laquelle souhaiterait bien répondre l'hurluberlu qui occupe le plateau. Peut-être aura-t-il besoin des lumières du public? Gilles Cailleau confesse qu'il ne veut pas d'autre metteur en scène que le public pour ce spectacle. Un objectif aussi ambitieux que passionnant. La poésie des mots ( les siens, ceux d'autres plus connus) se mêle au naturel désarmant de son jeu.

Lors de la restitution de fin de résidence de son travail à la Gare Franche, il use récurremment du décrochage pour expliquer sa démarche artistique ; on sent bien la marque de fabrique d'un ancien pédagogue mais aussi une volonté sincère d'impliquer les gens; une propension qui lui vient de sa longue expérience de comédien dans le théâtre-forum. "Je ne veux pas décider de la fin. L'idée, c'est que le spectacle termine chaque fois avec les idées des spectateurs."...Pourquoi serait-ce, par exemple, à l'artiste de décider comment conclure ce spectacle sur le XXIème siècle?". Dans cette promenade existencielle au coeur des malheurs du siècle, Gilles Cailleau amène un clown-acrobate à la voix de canard et au chapeau de papier; en équilibre précaire, ce dernier s'officie capitaine d'un bateau de marionnettes, boat-peoples à la survie menacée...puis il disparaîtra...car dans ce spectacle qui dépeint un monde violent, révoltant et inquiétant, le fil tient davantage aux liens de pensées universelles qui sont tissés qu'à une série de performances circassiennes ( qui n'en seront jamais vraiment).

On ne sait pas de quoi sera exactement fait notre XXIème siècle ; il n'est pour l'instant qu'un tissu constitué de la matière de nos fantasmes et hypothèses. Le Nouveau Monde a choisi de transposer cette angoisse de l'inconnu dans un spectacle minimaliste que nous sommes impatients de voir éclore...

Le Nouveau Monde
Nouvelle création de Gilles Cailleau.
Cie Attention Fragile.

- En résidence à la Gare Franche en octobre 2016

- En résidence à la Verrerie d'Alès - Pôle des Arts du Cirque - Gard - du 14 au 26 novembre 2016

- Les Lundi 30, mardi 31 janvier 2017,  jeudi 2 février 2017 à 14 h 30 et Vendredi 3 février à 10 h (représentations scolaires). Samedi 4 février à 14 h, première tout public. Dimanche 5 février à 17 h. - Biennale Internationale des Arts du Cirque de Marseille Creac Archaos.  - Sous le chapiteau de l’École Fragile, 1140 avenue Pablo Picasso, La Valette-du-Var (83). Tél. : 06 17 45 84 59.

© Sébastien Armengol.

Le site de la compagnie Attention Fragile

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer