Pauline

Les mensonges de la mer : « La forme est vide, la vacuité est forme »

Écrit par Félix Brun Catégorie : Romans étrangers Mis à jour : dimanche 12 novembre 2017 10:38 Affichages : 159

mensonges de la merPar Félix Brun - Lagrandeparade.fr/ Au cours des années trente, Akino jeune chercheur en géographie humaine débarque sur une île presque oubliée au sud de Kyûshû, à l’extrême sud du Japon. Il étudie les traditions, les religions et les croyances locales, l’habitat ancestral. Sur cette île d’Osojima, , se sont affrontés les adeptes du bouddhisme et les ascètes du shugendô, qui consacrent la relation de l’homme à la nature. Il recherche un temple bouddhiste, et avec l’aide des autochtones et d’un guide occasionnel, il parcourt à pied ce territoire, s’attache avec passion et admiration à ces forêts, ces vestiges, cette flore luxuriante et apaisante, ces habitants secrets et hospitaliers. La vie et le temps semblent s’être arrêtés sur ce lopin de terre. Akino torturé par des disparitions récentes dans son entourage, va percevoir au cours de sa quête des émotions étranges et particulières en relation avec la profonde spiritualité attachée à cette île d’Osojima.

Un demi-siècle plus tard, Akino retourne sur l’île en proie à un projet touristique démesuré et menaçant l’équilibre intemporel de ce paradis naturel et spirituel…
Un roman représentatif de la littérature japonaise, tout en lenteur, en douceur, en sérénité, en rencontres affables, empathiques ; la nature prépondérante est dépeinte avec poésie, et sensibilité. Une exploration du temps, une symbiose avec la nature.

Le temps ne file pas à toute vitesse sur une ligne droite, le passé et le présent se retrouvent alignés devant nos yeux, à égalité, comme s’ils étaient à notre disposition pour être étudiés, sélectionnés. La perte était ce temps qui tombait au fond de moi et s’y accumulait.

Les mensonges de la mer
Auteure : NASHIKI Kaho
Traduction : traduit du japonais par Corinne Quentin
Editions : Philippe Picquier
Parution : 20 avril 2017
Prix : 19,50€