Pauline

Koike Ryûnosuke : "Eloge du peu" ou comment révolutionner le prix de l’argent

Écrit par Félix Brun Catégorie : Romans étrangers Mis à jour : vendredi 16 juin 2017 15:04 Affichages : 394

Eloge du peuPar Félix Brun - Lagrandeparade.fr/ Ce n’est ni un recueil de recettes, ni un éloge de la pauvreté, ni un essai sentencieux ou moralisateur sur notre rapport à l’argent… "En réalité nous sommes fatigués de passer notre vie à être les jouets de l’argent. Eprouver le sentiment d’être maître de soi, de dominer son cœur prêt à succomber à l’asservissement par l’argent ; ressentir, osons le mot, la fierté de prendre du recul par rapport à une existence rongée par l’argent. Ce livre, je l’ai écrit dans l’espoir de vous faire partager ce sentiment rafraîchissant."

Koike va tenter de faire prendre conscience au lecteur sur sa façon d’acheter, de consommer, de posséder, de collectionner et d’amasser… "nos possessions nous servent à parader sous nos propres yeux, pour mieux nous valoriser. Au fond c’est parce que nous sommes faibles, persuadés de ne rien valoir sans telle ou telle chose, que nous trichons, armés de nos biens matériels. Nous faisons semblant de ne plus être dépourvus de valeur."

Comment l’argent peut-il contribuer à notre bonheur ? Koike le démontre dans une espèce de guide du désir et du nécessaire, de l’utile et du fonctionnel, sans se priver pour autant, mais dans une démarche raisonnée. « Eloge du peu » est un miroir qui dénonce l’irrationalité, l’impulsivité de dépenser et de consommer, et égratigne l’égotisme fondé sur la richesse : « L’orgueil et l’affliction qui nous pousse à toujours réfléchir le prix de notre existence, notre valeur marchande, notre prix tout court. Et qui nous pousse à vouloir être reconnu par autrui. » Il faut « passer d’une existence où l’argent est roi à une existence où l’argent est serviteur. »
La lecture de cet essai nous conduit à ressentir ce que nous sommes en réalité face à l’argent, à son pouvoir attractif et aliénant, à sa puissance de subordination dans notre quotidien et à nos relations à l’autre : « la pauvreté n’est pas à l’origine du malheur, c’est la mécanique du désir implantée dans notre propre cœur. »
Cet ouvrage de réflexion, sans jugement ni moralité, est d’une grande sagesse : nombreux sont ceux qui dans nos sociétés dites « évoluées » devraient le consulter. 

J’ai l’impression que les gens d’aujourd’hui sont trop centrés sur eux-mêmes, qu’ils ne cessent de se plaindre de leur présent. Ils ont toujours envie d’autre chose, ils sont à la recherche de quelque chose qui n’existe pas ici et maintenant, d’un ailleurs rêvé, me semble-t-il.

Eloge du peu

Auteur : KOIKE Ryûnosuke
Traduction : traduit du japonais par Myriam Dartois-Ako
Editions : Philippe Picquier
Prix : 18,50€

A lire aussi:

Kazuo Kamimura : le mangaka au style rétro aussi chic que choc

Tanizaki Jun’ichirô : « Louange de l’ombre » ou les jeux du clair-obscur