Pauline

Dorit Rabinyan : l’amour en version binationale

Écrit par Serge Bressan Catégorie : Romans étrangers Mis à jour : mardi 2 mai 2017 21:46 Affichages : 253

CouverturePar Serge Bressan -Lagrandeparade.fr/ A la sortie en Israël de son troisième et éblouissant roman, Dorit Rabinyan a fait scandale en racontant l’amour d’une Israélienne et d’un Palestinien. Il y a d’abord un beau titre : « Sous la même étoile ». Et puis aussi une confidence de son auteure, l’Israélienne Dorit Rabinyan, 44 ans : « Si j’avais pu entrevoir mon avenir, mes doigts seraient restés figés au-dessus du clavier ». Pendant six longues années, la romancière a consacré tout son temps à l’écriture. Elle s’était mise en tête de raconter l’histoire qu’elle avait vécue. L’histoire, assure-t-elle, qui l’a définie en tant que femme, en tant qu’être humain. L’histoire d’un amour binational… Elle dit aussi : « J’ai écrit cette histoire intime sans me douter que je captais les peurs inconscientes de la société israélienne. C’est cela, le scandale autour de ce livre ». Oui, dans la foulée de sa sortie en librairies, un sacré scandale a éclaté en Israël. Une Israélienne et un Palestinien s’aiment. A Tel Aviv, le ministère de l’éducation nationale a fait proscrire ledit roman des programmes scolaires. Des écrivains de réputation mondiale ont fait savoir leur mécontentement, leur désolation- l’Israélien Amos Oz : « La précision et l’élégance de cette histoire d’amour, écrite avec une rare finesse, transcendent la tragédie des deux personnages » ou encore la Biélorusse Svetlana Alexievitch, prix Nobel de littérature 2015 : « La haine ne nous sauvera pas. La haine n’engendre que la haine, alors que l’amour est sans limites. Je suis avec Dorit Rabinyan ».

Pourtant, on a beau chercher, « Sous la même étoile » n’a rien, à la lecture, de scandaleux. On a là deux êtres, une femme, un homme, qui d’abord se toisent, ensuite s’aiment. Il y eut d’abord les préjugés, il y aura l’amour. Un amour fou entre une Israélienne et un Palestinien. Ils ont quitté New York, elle est revenue à Tel Aviv, lui s’est installé à Ramallah en Cisjordanie. Ils ne se reverront plus jamais- seront pour toujours distants l’un de l’autre de « soixante-dix kilomètres et quelques ». Une distance infime et, en même temps, immense. Peu avant cette séparation, Liat- la jeune femme, confie : « Nous savions qu’entre les deux points où nous nous tiendrions, ce n’était pas une simple ligne de démarcation qui passerait, mais une voie semée d’obstacles, dangereuse pour moi, infranchissable pour lui. Or c’était comme si ce savoir muet, l’acceptation d’un tel état de fait et la légèreté avec laquelle nous évitions le sujet prouvaient que ces futurs barrages se dressaient d’ores et déjà, ici, entre nous… »
L’histoire de Liat et Hilmi avait commencé dans la froidure glaciale d’un hiver à New York. Dans les rues et son appartement new yorkais, la jeune femme est traversée par la nostalgie de Tel Aviv. Lui, « homme étrangement délicat », Palestinien de Ramallah, il est peintre et essaie de vivre de son art. Et puis, il y a le hasard. Tous deux se sont rencontrés, trouvés. A New York, espace neutre, seul lieu où ils pouvaient se rencontrer, s’adresser la parole. Tous deux décident, le temps d’un hiver, de se lancer dans une grande histoire d’amour. Un amour fou, binational… Il y a le temps de la vie commune à New York, les jours qui filent et l’échéance de la fin de l’histoire qui approche, inexorable. Qu’importe ! Seul vivre compte. Liat et Hilmi passent par-dessus à-côtés, différences et fissures. C’est un amour hors du temps et de la politique. Sauf que… Comme les histoires d’amour finissent toujours mal, la réalité va rattraper, happer Liat et Hilmi.
Avec une élégance rare, Dorit Rabinyan montre que nous vivons tous sous la même étoile. Et, d’une écriture aussi précise que belle et raffinée, ne tombant jamais dans les clichés tellement lus et relus sur le conflit israélo-palestinien, la romancière mêle la saveur exquise du présent amoureux, les affres d’un passé douloureux et les questions pour le futur. « Sous la même étoile », le roman de l’amour tabou, un grand et indispensable livre.

Sous la même étoile
Auteur : Dorit Rabinyan
Editions : Les Escales
Parution : 2 mars 2017
Prix : 21,90 euros