Pauline

Gala et Dali de l’autre côté du miroir : Sur les traces d’un couple mythique

Écrit par Serge Bressan Catégorie : (Auto)biographie Mis à jour : mardi 18 juillet 2017 13:03 Affichages : 1356

GalaPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr /Une histoire d’amour. Plus de cinquante ans. Et pour décor Cadaqués, 2 600 habitants et réputé le « village le plus oriental d’Espagne continental ». Y est né le peintre Angel Planels, y sont passés un (ou plusieurs) jours Federico Garcia Lorca, Pablo Picasso et René Magritte. Et Salvador Dali y a vécu et aimé follement. Il y a aimé pendant plus d’un demi-siècle Gala- la seule femme qu’il a peinte sur ses tableaux. C’est une histoire d’amour que raconte Dominique de Gasquet et Paquita Lorens Vergès dans « Gala et Dali de l’autre côté du miroir » (sous-titre : « A Cadaqués, sur les traces d’un couple mythique »). La première des auteures est enseignante et chercheuse, et vit entre Paris et la Catalogne ; la seconde est née en 1935 à Cadaqués, village qu'elle n'a jamais quitté et où elle a rencontré Arturo, l’homme de confiance du couple Gala-Dali dont ils ont partagé le quotidien pendant plus de trente ans.

 

 « Ceux que j’ai rencontrés à Cadaqués ont observé, entendu et surtout perçu l’humanité de Gala et de Dali, écrit Dominique de Gasquet, partie sur les traces d’un couple mythique. Ils nous les donnent alors à voir avec leur tendresse et leur gentillesse tapies sous leurs intensités brûlantes, leur caractère bien trempé et leurs provocations ». Salvador Dali (1904- 1989), le peintre des montres molles, le poète qui assurait : « Il y a des jours où je pense que je vais mourir d'une overdose d'autosatisfaction » et qui, dans une pub télé, lançait : « Je suis fou du chocolat Lanvin ». Gala (1894-1982), écrivaine, « accoucheuse » de talents et surtout grande amoureuse- Paul Eluard, Max Ernst puis Salvador Dali. On la disait femme fatale, cupide, arriviste, nymphomane et/ou encore cynique… Elle mena une vie tumultueuse, assure la légende, avant de vivre l’amour, le grand amour avec Salvador Dali, peintre alors inconnu quand elle le rencontre en 1929.
Dominique de Gasquet, l’auteure qui, un jour de mars 1979, a tiré les cartes à Gala, a passé deux étés avec le couple à Cadaqués. Gala la muse slave a raconté. Souvenirs de jeunesse, de ménage à trois avec son premier mari Paul Eluard et Max Ernst, le coup de foudre pour Dali. Paquita, l’épouse d’Arturo l’homme de confiance, raconte aussi la vie à Cadaqués. La vie qui va, celle ordinaire d’un couple d’artistes- il y avait les déjeuners en terrasse, c’était une tortilla ou un poisson grillé dans ce décor de maisons blanches avec bougainvilliers et rochers du Cap de Creus. Gala et Dali de l’autre côté du miroir, bien loin des mondanités, des excentricités, des provocations et des folies. Le peintre peignait, la muse l’inspirait avec, en fond sonore, la musique de Richard Wagner… Jouir de la vie, mot d’ordre du couple Gala et Dali- tout simplement.

Gala et Dali de l’autre côté du miroir
Auteurs : Dominique de Gasquet et Paquita Llorens Vergés
Editions : Robert Laffont
Parution : 24 mai 2017
Prix : 18,50 euros