Luz et Albert Cohen : " Ne pas haïr importe plus que l'illusoire amour du prochain"

Écrit par Julie Cadilhac Catégorie : Roman graphique Mis à jour : jeudi 24 novembre 2016 21:36 Affichages : 2106

Ô vous frères humainsPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Il y a dans la prose lyrique d'Albert Cohen, fougueuse et grondante, d'"Ô vous, frères humains" une vérité éclaboussante de sincérité. Les mots d'Albert Cohen s' soudent en vagues, tourbillonnent et s'entrechoquent et le lecteur les reçoit de plein fouet comme un ressac. Luz en a fait une adaptation aussi singulière que bouleversante.

Un jour, un camelot de la Canebière a jeté au visage d'un enfant hilare devant ses démonstrations marchandes une méchanceté aux conséquences ineffaçables : Toi, tu es un sale youpin. Comment, du haut de ses dix ans, comprendre la gratuité de cette violence? Comment vivre ensuite avec et ne pas ressentir la différence? Albert Cohen écrit : " Ce qui m'advint en ce dixième anniversaire de ma venue sur terre, cette haine pour la première fois rencontrée, cette haine imbécile fut l'annonce des chambres de grand effroi, le présage et le commencement des chambres à gaz, des longues chambres de ciment où deux des miens, mon oncle et son fils, ont suffoqué et dont morts se tenant par la main, la nudité du fils s'abattant sur la nudité du père qui l'avait aimé." En 2015, le monde continue de tenir en son sein des " haïsseurs de juifs" et plus largement des "frères humains" pétris par la haine qui usent de toutes formes de racismes et de discriminations : devant cette absurdité incompréhensible - ces hommes sont-ils indélébiles à l'Histoire, à l'ouverture du monde et au partage des cultures? - Luz cite en épilogue une phrase de cet immense auteur juif né à Corfou: " Si ce livre pouvait changer un seul haïsseur, mon frère en la mort, je n'aurais pas écrit en vain."
Cet album doit être lu, tout autant pour le choix du texte magnifique qu'il met en valeur, récit autobiographique publié pour la première fois en 1972 chez Gallimard, que pour son ingéniosité graphique. Tout en noir et blanc, Luz fait réfléchir sur des problématiques terriblement contemporaines en adaptant une oeuvre classique. On retrouve là, en quelque sorte, la même démarche que Catherine Meurisse - autre naufragée du Charlie Hebdo- qui puise dans l'art et la littérature les ressources nécessaires pour tenter d'atteindre le rivage et se réconcilier avec l'humain. Dans cet ouvrage, la présence concomitante des figures de l'adulte et de l'enfant, la déclinaison de la solitude et de la honte, la déformation itérative des visages et des cadres, le choix des textes cités, retranscrivent avec pertinence les douleurs post-traumatiques d'Albert Cohen. Comment s'aimer, avoir confiance en l'autre, ne pas vivre dans la peur quand on est confronté à la méchanceté de la bêtise? Luz, en empruntant les mots d'Albert Cohen, donne une leçon de sagesse qu'il serait bon d'appliquer. Cessons de nous bercer d'illusions et de nous raconter des fables : nous ne sommes pas tous faits pour nous aimer. Nous avons cependant tous la capacité de nous respecter et de ne pas laisser la haine dicter nos agissements.

Ô vous, frères humains
D'après l'œuvre d'Albert Cohen
Auteur : Luz
Editions : Futuropolis
En librairie le 8 avril 2016
Prix : 19€

Exposition  " Ô vous, frères humains" Luz dessine Albert Cohen à la mahJ ( musée d'art et d'histoire du Judaïsme - 71, rue du Temple, 75003 Paris).

Vernissage le 13 décembre 2016 puis présentée au public jusqu'au 28 mai 2017.

http://www.mahj.org

Enregistrer