Wang Shu Hui : 4 destins de femmes adaptés par une merveilleuse illustratrice

Écrit par Michelle Gagnère Catégorie : Manga Mis à jour : mercredi 6 septembre 2017 16:23 Affichages : 289

4 femmes Par Michelle Gagnère - Lagrandeparade.fr/ Impossible de parler de "4 femmes" sans présenter l’auteure ! Wang Shu Hui est née en 1912 à Tianjing et elle est la seule artiste chinoise de cette époque à avoir eu une carrière de dessinatrice en Chine. Sa vie, très difficile dans ses jeunes années, s’améliore sensiblement au moment de l’avénement de la République Populaire de Chine qui lui permit d’obtenir un poste qui la met à l’abri de la misère. D’abord illustratrice de manuels scolaires, elle est ensuite détachée aux Beaux Arts et réalise sur commande, entre 1952 et 1964, de superbes lianhuanhua (bande dessinée traditionnelle chinoise) mettant en scène des femmes chinoises des siècles passés, et célébrant le féminisme.

 

Ce sont quatre de ces lianhuanhua, adaptés des grands classiques de la littérature ou du théâtre chinois, que les Editions Fei proposent dans ce superbe album.

Le paon vole au sud-est : l’histoire se déroule à la fin de la dynastie Han. La jolie Liu Lanzhi est mariée à un fonctionnaire nommé Jiao Zhongqing. Les deux jeunes gens s’aiment tendrement mais Zhongquing est souvent en déplacement, et Lanzhi reste seule avec sa belle-mère qui la déteste. La jeune femme redouble d’efforts pour plaire à la vieille femme, mais sans succès, et celle-ci finit par obtenir sa répudiation contre le souhait de son fils.
L’histoire de Liang et Zhu : il y a bien longtemps la jeune Yingtai réussit à obtenir de son père l’autorisation de partir étudier à la ville, travestie en garçon. Elle y rencontre Shanbo qui devient son ami sans éventer la supercherie. Quand elle retourne chez elle, Shanbo l’accompagne et en découvrant que c’est une jeune fille, il souhaite l’épouser. Mais le père de Yingtai n’est pas d’accord.
Les femmes guerrières du Clan Yang : sous le règne de l’empereur Renzong, les Song du Nord, qui défendent traditionnellement la frontière du Nord, doivent faire face à des incursions barbares. Quand le maréchal Yang Zongbao trouve la mort au combat, c’est l’aieule, Dame She, assistée par ses filles et belle-filles et par le très jeune Wenguang, qui prend la tête de l’armée pour repousser les barbares.
Le pavillon de l’Ouest : l’histoire prend place sous la dynastie Tang quand Zhang Sheng, un jeune étudiant se rend à la capitale pour se présenter aux examens mandarinaux. En chemin il s’arrête dans un monastère où il croise Ying Ying, la fille d’un grand ministre d’Etat qui vient de mourir. Il va alors tout faire pour séduire la jeune fille dont il est tombé éperdument amoureux.

4 femmesCes quatre récits, souvent très sombres, permettent de découvrir la difficile vie des femmes à différentes époques et la façon dont elles étaient perçues et traitées par la société.

Chaque page de l’album, réalisé à l’italienne, comprend une illustration avec ou sans bulle, et en-dessous un texte narratif. Les dessins sont magnifiques, regorgeant de détails sur les intérieurs, les paysages, et surtout les costumes. Les visages et les postures sont très expressifs, renforcés par la couleur monochrome bleu foncé.

Ces quatre femmes ont des traits communs. Elles veulent être maîtresses d’un destin dont les rênes leur sont confisquées. Elles agissent selon l’élan du coeur et se révoltent avec les outils dont elles disposent : les larmes, parfois les armes mais surtout la mort.
Car la mort, dans la culture orientale, est l’expression de l’indignation, de la révolte et l’ultime solution qui appartient aux faibles et aux démunis. Extrait de la préface de Shan Sa.

4 femmes
Editions : Fei
Scénario et dessin : Wang Shu Hui
Prix : 25 €
En librairie depuis le 29 août 2014