Le pouvoir de la satire : une autopsie passionnante de l’Histoire du rire qui s’engage

Écrit par Julie Cadilhac Catégorie : Bande-dessinée Mis à jour : lundi 21 mai 2018 09:54 Affichages : 233

satirePar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/Tout part du 7 janvier 2015 : l’attentat contre le Charlie Hebdo plonge la France dans une stupeur terrible. Peu de jours après, le pays entier ( enfin presque) se dresse pour dire « Je suis Charlie ». Des questions pleuvent très vite ensuite dans la rue, à l’école, dans les médias : « D’où vient Charlie? », « Charlie peut-il rire de tout? » , « Pourquoi cette haine contre Charlie? », « C’est obligé d’être Charlie? », « Charlie est-il allé trop loin? »…Que signifie « Etre Charlie ». Peut-on rire de tout? Faut-il respecter le sacré? En voilà des questions essentielles dans une démocratie où la liberté d’expression est une composante-phare

« Le pouvoir de la satire » essaie de répondre à ces questions en retraçant l’histoire de la presse satirique et en nous immergeant au coeur du journalisme contestataire et pamphlétaire. Fabrice Erre, spécialiste du sujet et auteur de bandes dessinées, et le dessinateur Terreur graphique nous donnent une foule d’informations passionnantes, des éléments pour nous permettre de répondre aux questions soulevées après l’attentat du Charlie et comprendre ce qui s’est joué. L’album est divisé en huit chapitres pris en charge par deux narrateurs - les auteurs eux-mêmes peut-être? - qui répondent à la question d’un personnage toujours différent.

ReiserAprès avoir dressé un panorama de l’histoire de la presse satirique, du Nain jaune à la Caricature, de La Lune à Charivari, du Chambard au Rire, du Canard enchaîné à Hara Kiri, de Mirabeau à Daumier et Balzac, de Rabier à Maurice Maréchal, de Cavanna à Charb….ils répondent d’abord à la question du Sacré, ce « bon vieux sacré » , « celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom » et qui a mis KO sur le ring le Charlie. C’est au tour ensuite de la Grossièreté d'être passé au crible : celle qui "a du sens quand elle est utilisée sciemment! ". Petit détour du côté de la Violence avec la question qui a secoué le plus grand nombre et donné lieu à pléthore de dessins de presse : «  Comment de simples dessins peuvent-ils conduire à un tel déchaînement? ». Le chapitre suivant s’ouvre sur une phrase que l’on entend souvent : «  Le plus désolant, c’est surtout qu’aujourdhui on ne peut plus rien dire! » Quid de la Censure? Aujourd’hui la censure est-elle aussi forte mais a-t-elle pris un nouveau visage? . L’on a particulièrement aimé la réflexion sur la nature de la caricature qui est un « jeu qui consiste à introduire plusieurs niveaux de lecture, une ambiguité qui donne de l’intérêt et de la force à son message » , « le lecteur doit avoir une démarche active, une approche de détective. »…Ce qui mène à cette nouvelle question : « Le rire est-il (toujours) bon? » . Y-a-t-il des rires dont il faut se méfier? Le rire est-il toujours Charlie? Pas sûr…
La presse satirique s'est toujours dressée contre les pouvoirs en place, politique, militaire ou religieux. Depuis la Révolution jusqu'au terrible attentat contre Charlie en n’oubliant pas mai 68, elle a traversé les époques et s'est opposée à différentes forces. Cet ouvrage montre son utilité tout en nous invitant à user de notre esprit critique pour détecter de par nous-mêmes ce qui nous semble être une presse satirique de qualité qui défend des valeurs démocratiques et humaines salvatrices et ce qui ne l'est sans doute pas, en comprendre les moyens et les enjeux et à relativiser aussi son impact : « ce n’est pas sûr qu’elle puisse sauver le monde mais au moins le rendre plus libre ( et plus drôle!) ».
Un ouvrage à la didactique accessible fort amusant qui décortique de manière salutaire le slogan « Je suis Charlie » de janvier 2015 et rappelle que la caricature est un outil de dérision puissant qui répond à des codes spécifiques et heurte trop souvent par manque de culture ou d’efforts d’analyse du contexte. Peut-être a-t-on trop souvent l’idée d’un dessinateur désinvolte et rieur, qui, sur un bout de table, croque à la sauvette un dessin vulgaire histoire de faire beugler de rire ses comparses de bureau…Caricaturiste de presse est un métier : les dessins naissent d’une alchimie périlleuse entre culture générale, assimilation des faits historiques et de l’actualité, maîtrise d’effets stylistiques et graphiques. Dire « Je suis Charlie », c’est aussi affirmer que je suis capable d’être acteur de mes propres analyses, d’avoir le recul nécessaire vis à vis du rire et d’apprécier la crudité et la sincérité du média proposé qui ne me prend pas pour une poire mais cherche bel et bien à me faire réagir pour être un citoyen responsable, autonome et ouvert. Qu'on se le dise! A lire et à offrir..à l'envi!

Le pouvoir de la satire
Editions : Dargaud
Scénario : Fabrice Erre
Scénario et dessin : Fabrice Erre et Terreur Graphique
Parution : 20 avril 2018
Prix : 17,99€
72 pages

pouvoir