Caraval : « entrez dans le jeu : rien ici n’est réel, tout n’est qu’illusion… »

Écrit par Flavie Dekoste Catégorie : Les ados Mis à jour : vendredi 24 novembre 2017 07:52 Affichages : 82

CaravalPar Flavie Dekoste - Lagrandeparade.fr/ Depuis sept ans, Scarlett écrit au célèbre Légende, le grand maître de Caraval. Elle aimerait de tout coeur que sa troupe vienne prendre ses quartiers aux Îles conquises, où elle habite, afin que sa soeur Donatella (dite Tella) profite du fameux spectacle pour son anniversaire. En l’an 57 de la dynastie d’Élantine, Légende répond favorablement à la demande de Scarlett mais la représentation n’aura pas lieu sur leur île. La seule façon pour Scarlett et Tella d’y assister est de s’enfuir et pour se faire, elles vont demander de l’aide à Julian, un mystérieux marin. Mais, dès qu’elles débarquent sur l’île des Songes, Tella est kidnappée. L’aventure caravalesque débute alors pour Scarlett…

Le monde de Caraval se déploie, en premier lieu, sur la couverture. Ce fond bleu foncé, ces arabesques rouges, cette étoile bleu clair brillante où s’entremêle le titre nous immerge dans un univers enchanteur où la magie est le maître mot. 
Le monde de Caraval, créé de toutes pièces par Stephanie Garber, est surprenant. L’auteure nous embarque avec Scarlett, Tella et Julian de la première à la dernière page. On s’immerge immédiatement dans le jeu pour vivre l’aventure avec eux. Les descriptions des lieux nous enchantent visuellement, les odeurs nous montent au nez, les sons envoûtent notre esprit. Tout est mis en oeuvre pour que l’addiction à Caraval soit totale, le jeu comme notre lecture. Mais dans ce monde magique et coloré, l’illusion est de mise, il est recommandé de rester sur nos gardes car se fier à la mauvaise personne, mal interpréter une phrase ou ne pas faire le bon choix peut être fatal. Ce qui est réel, c’est l’écriture joueuse de Stephanie Garber. Elle égare le lecteur et Scarlett à chaque détour de ruelles, à chaque rebondissement, à chaque retournement de situation. Jusqu’au dernier mot, la frontière entre rêve et réalité est maintenue.
Le monde de Caraval n’est pas que magique. Il a aussi sa propre histoire. Lorsque l’on s’aventure un peu trop dans les tréfonds de cette « création » de Légende, on perçoit un côté terrifiant et de sombres secrets. Des personnages haut en couleur, tous plus ensorcelants et angoissants les uns que les autres.

Le monde de Caraval ne peut exister sans ses nombreux participants. Les invités de prestige de cette année sont Scarlett, Tella et Julian. Scarlett est un personnage qui peut déranger au début dans sa façon d’être mais au fur et à mesure que l’intrigue avance, elle prend de l’ampleur, évolue et commence à s’affirmer. Déterminée à sauver sa soeur, quoi qu’il lui en coûte, elle fait tout ce qui est en son pouvoir pour résoudre les énigmes une par une. À ses côtés, le charmeur et mystérieux Julian. Ce marin, dont on ne sait rien, va l’aider et la protéger. Ce duo est une force dans cet univers où les apparences sont trompeuses. Donatella reste, dans ce premier tome, un personnage d’arrière-plan que l’on découvre peu. Avec Scarlett, elles ont un lien sororal très fort. 
Le monde Caraval a aussi des protagonistes de second rang qui sont tout aussi importants dans l’avancée de l’histoire : Aïko, Dante ou encore le fameux Légende !

Le monde de Caraval est magique, fascinant, envoûtant, enchanteur. On referme ce premier tome en espérant vite avoir le deuxième volume entre les mains et replonger de façon addictive dans la suite de ces aventures. 

Les sentiments de Scarlett revêtirent des couleurs plus vives que jamais - le rouge furieux des braises incandescentes, le vert fougueux de l’herbe fraîche, le jaune pétulant des plumes d’un oiseau exotique.



Caraval de Stephanie Garber
Éditions : Bayard
Genre : jeunesse
Date de sortie : février 2017
Nombre de pages : 480
prix : 17,90 €