La Boiteuse : un thriller psychologique entre Paris et l'Écosse

Écrit par Flavie Dekoste Catégorie : Les ados Mis à jour : mardi 31 janvier 2017 20:57 Affichages : 711

La boiteusePar Flavie Dekoste -  Lagrandeparade.fr/ Aurore et Wilfred décident de partir en Écosse pour « sauver » leur relation qui a pourtant débuté récemment. Ils veulent trouver un second souffle, se donner une seconde chance. Mais lors de leur randonnée dans les Highlands, Aurore se blesse gravement. Wilfred décide d'aller chercher de l'aide mais ne revient pas. Abandonnée et trahie au milieu de nulle part, Aurore revient en France, infirme. Elle doit apprendre à vivre avec ce pied estropié, et doit réapprendre à aimer...

 

La première partie retrace l'histoire d'Aurore et Wilfred. Une relation passionnellement dévorante mais remplie de mystère, surtout autour du jeune homme. Aurore accepte tout de son amoureux quitte à en subir les conséquences et à passer pour faible. Au-delà de ça, le lecteur ne sait rien puisque le roman est écrit à la première personne. L'histoire se déroule sous les yeux d'Aurore et l'on découvre la vérité en même temps qu'elle. La jeune femme, par des réflexions introspectives, se remet en question, essayant de démêler le vrai du faux, veut comprendre quel rôle elle a joué dans l'histoire de vie de Wilfred. Faible au début, Aurore se dévoile combative face à l'épreuve qu'elle doit surmonter : vivre avec une cheville complètement fracturée. Elle se sent boiteuse autant physiquement qu'intérieurement.
Dans la deuxième partie, une fois colère et ressentis derrière elle, Aurore décide de mener l'enquête sur la disparition de Wilfred. Trop de questions sans réponse. C'est à ce moment-là que le récit bascule vers le thriller.
Au niveau des personnages, le seul qui tire son épingle du jeu est Martin. On regrette seulement que la relation qu'il noue avec Aurore ne soit pas plus développé. En effet, on pourrait dire des autres protagonistes qu'ils sont seulement de passage, même si parfois plusieurs pages leur sont consacrés. Mais on ne rentre pas dans l'intime avec eux, tout reste en surface.

Les nombreuses descriptions apportent du cachet au roman. L'auteure nous fait voyager aux confins des Highlands, dans la lande et dans les villages écossais, mais également dans l'appartement de la jeune femme, au théâtre... C'est d'ailleurs au travers de ces lieux qu'on perce à jour les ressentis des personnages. L'écriture de Françoise Grard, fluide et poétique, invite le lecteur à se perdre dans chacun des lieux. Les lignes se parcourent facilement et la fin arrive rapidement. Après un bon déroulement de l'intrigue, le dénouement cependant ne convainc pas. La fin arrive brusquement alors que le reste du roman est traité avec davantage de finesse.

Ce qu'on en retient? Au moyen d'une écriture fluide et agréable à suivre, l'auteure traite poétiquement l'acceptation et la reconstruction de soi après un accident au travers de l'évolution d'Aurore. Ce roman s'avère plaisant, en dépit d'une fin maladroite, grâce au mystère qui reste présent tout au long de la lecture.

Je l'ai suivi jusqu'à ce que s'éteigne le bruit de ses pas sur les pierres du chemin. Puis le silence s'est installé, coupé de rafales de vent. Je n'entendais plus que la mélopée de mon propre gémissement, rythmée sur deux temps ; je devais longtemps l'entendre comme un bruit extérieur à moi-même. Si, à la longue, l'épuisement me fit taire, ma respiration, elle, se cala sur le même rythme binaire : c'est la pendule de mon supplice.

La Boiteuse de Françoise Grard

Éditions : Gulf Stream
Collection :  Electrogène

Genre : Thriller

Date de sortie : 2016

Nombre de pages : 246

Prix : 16 €