Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

L'idiot : une interprétation qui fait grand honneur à l'oeuvre de Dostoïevski

Écrit par Delphine Caudal Catégorie : Théâtre Mis à jour : mercredi 6 juin 2018 13:22 Affichages : 158

IdiotPar Delphine Caudal - Lagrandeparade.fr/ Que peut bien devenir un homme profondément gentil dans une société pervertie, où règnent avec autorité hypocrisie et cupidité ? Sa présence peut-elle être salutaire ? Ou ne devrions-nous pas redouter le diabolique effet miroir ?

« L’idiot », c’est une sublime pièce de théâtre mise en scène par Thomas Le Douarec (que l’on retrouve sur scène dans le rôle de Rogojine), et inspiré du chef d’œuvre de Fiodor Dostoïesvki. L’aventure d’un prince à l’extrême empathie, pris dans un tourbillon de péripéties, et ce, parfois bien malgré lui. C’est un récit savoureux, aux multiples rebondissements, qui amène l’amusement et la réflexion. Une parenthèse théâtrale élégante et instructive qui ne peut s’oublier.

Quand le profond désir de sauver n’engendre que des malheurs…

Atteint d’épilepsie et doté d’une incroyable compassion pour autrui, le prince Mychkine se différencie des autres par son extrême altruisme. Après des soins en Suisse, il décide de retourner dans son pays d’origine fréquenter le beau monde de la bourgeoisie russe. C’est ainsi qu’il rencontre la famille Epantchine, dont il serait un lointain parent. Sur sa route, il fait également connaissance avec Rogojine, et la belle Nastassia Filippovna. Le destin des trois personnages est bien étroitement lié, dans la passion, la colère et l’homicide.
Le prince Mychkine, formidablement bien interprété par Arnaud Denis, surprend par sa douceur et sa bonté. Un homme si différent, si prompt à aider son prochain, ne pouvait anticiper cette cascade de malheurs. Dans sa fatale « idiotie », il se comporte tel un enfant qui découvre le monde, sans aucun préjugé, sans calculs. C’est l’être éponge, qui absorbe les angoisses et les peurs, au point même de vouloir se sacrifier pour le bien d’autrui. Quel plaisir de découvrir un personnage si frais et si candide…
Mais l’incroyable générosité dont il fait preuve peut être bien dangereuse, surtout lorsqu’elle révèle l’hypocrisie et la vénalité de ses camarades…

J’ai peur pour vous, pour vous tous, pour nous tous ensemble ... je parle, moi, pour nous sauver tous, pour que toute notre classe ne disparaisse pas pour rien, dans les ténèbres, sans avoir rien compris, en se querellant pour tout, en ayant tout perdu. Pourquoi disparaître et laisser la place aux autres, quand nous pouvons rester à l’avant-garde et en tête ? Si nous sommes l’avant-garde, nous serons en tête ! Devenons des serviteurs, pour être des chefs !

La prestation des artistes est excellente. L’interprétation d’Arnaud Denis (dans le rôle du Prince Mychkine) est, encore une fois, répétons-le, remarquable. On salue également le travail de mise en scène, précis, intelligent, ainsi que la richesse des costumes. C’est une interprétation qui fait grand honneur à l’œuvre de Dostoïevski.

L'idiot
Auteur : Dostoïevski
Mise en scène : Thomas le Douarec

Avec  Arnaud Denis, Gilles Nicoleau ou Thomas le Douarec, Caroline Devismes, Fabrice Scott, Marie Lenoir, Marie Oppert, Solenn Mariani, Daniel-Jean Colloredo, Bruno Paviot


Dates et lieux des représentations: 
- Jusqu'au 30 juin 2018 au Théâtre 14
 - Salle municipale
 ( 20 avenue Marc Sangnier
, 75 014 Paris)