Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Hospitalités : l'exemple sincère des villageois de La Bastide Clairence

Écrit par Victor Waque Catégorie : Théâtre Mis à jour : lundi 23 avril 2018 20:51 Affichages : 241

HospitalitésPar Victor Waqué - Lagrandeparade.fr/ Le théâtre de La Vignette nous fait découvrir le spectacle « Hospitalités ». Ce sont neuf membres d'une communauté des pays basques qui racontent leur village. Leur histoire. A travers ces voix qui se croisent, le village uniforme se transforme en un lieu grouillant de diversité. Ce récit à plusieurs justifie l'hospitalité autant qu'il l'encourage. Un exemple poignant et sincère d'hommes et de femmes qui s'ouvrent aux autres !

La Bastide Clairence est un petit village d'un millier d'habitants, à 30km de Biarritz. En pleine campagne, il prend vie l'été avec l'afflux des touristes avant de retourner en état d'hibernation, où ne demeurent que les belles pierres des maisons et ses habitants, présents de génération en génération. Un lieu isolé mais dynamique où le maire et son équipe s’activent. La culture se développe. Des artistes sont accueillis. En 2015, Massima Furlan est invité pour travailler autour de la question de l'immigration. Il simule avec la population un débat sur l'arrivée d'une famille étrangère dans le village.
Quelques années plus tard, cette création artistique va devenir réalité. Malgré les difficultés notamment administratives, un couple et ses trois enfants s'installent à La Bastide Clairence. Le spectacle ne vise pas à décrire la rencontre avec cette famille, paisible, mais de rendre compréhensible le processus qui a rendu possible cet accueil.

Ces hommes et ces femmes, comédiens amateurs, se livrent courageusement sur scène. Le maire. L'artisan. L'esthéticienne. Ils décrivent leur enfance. Certains vivent au village depuis toujours. Ils y sont nés. D'autres y sont arrivés suite à leur parcours familial. Tous en sont tombés amoureux. A leur manière. Décrivant leurs souvenirs, le parcours qui a pu les éloigner du village par moment. Des études à Bordeaux pour l'un. Les cours de saxophone à Anglet pour l'autre. On se rend progressivement compte que s'ils sont tous des habitants de La Bastide Clairence, ils sont tous très différents. Extrêmement différents. Chacun d'eux, d'une certaine manière est un immigré. Un être à part. Le village lui non plus n'a pas toujours été le même. Des réfugiés y sont arrivés pour fuir l'Inquisition. Puis les Basques ont investi le village pour fuir l'Espagne. Des années plus tard, des pèlerins de Compostelle s'installent. Le maire cite un historien à l'image évocatrice : « L'arbre a des racines, l'homme a des jambes et c'est mieux ainsi ». Qui ne s'est jamais déplacé ? Qui sommes-nous pour refuser d'accueillir de nouveaux arrivants ?

Les personnages dans toute leur sincérité combinent les témoignages et une réflexion théorique. Les habitants mobilisent l'Odyssée d'Ulysse accueilli sur la terre des Phéaciens par le roi Alkinoos. Ils analysent l’étymologie de mots essentiels, comme « xénos », l'autre. Ils réfléchissent sur les propos de Hannah Arendt, Allemande d'origine juive qui quittera son pays pour les États-Unis lors de la seconde guerre mondiale. Elle affirme que ce n'est pas notre pays qui nous définit mais la langue que nous utilisons. Un autre argument pour l'ouverture des frontières, de l'accueil d'autrui. A La Bastide Clairence on parle le basque, le français et le gascon.

Les 9 personnages, en se réunissant pour un chant basque, avant de partager des pas de danses traditionnels nous montrent que malgré leurs différences passées et présentes, ils font aujourd'hui partie de la même famille, du même village. Des habitants qui défendent des valeurs altruistes. L'hospitalité. Prenons exemple sur eux !

Hospitalités

Mise en scène : Massimo Furlan
Dramaturgie : Claire de Ribaupierre
Avec les habitants de La Bastide-Clairence, Pays-Basque : Gabriel Auzi (Ingénieur en hydro-electricité), Francis Dagorret (Maire de la Bastide-Clairence), Léopold Darritchon (Ancien maire), Véronique Darritchon (Professeur de danse et d’éducation physique), Beñat Etcheverry (Chef d’entreprise), Marie-Joëlle Haramboure (Propriétaire maisons de vacances), Anaïs Le Calvez (Esthéticienne), Kattina Urruty (Potière), Thérèse Urruty (Productrice de fruits bio)
Collaboration artistique, voix et corps : Kristof Hiriart
Vidéo : Jérémie Cuvillier
Direction technique et lumière : Antoine Friderici
Régie son : Patrick Fischer
Conseil costumes : Severine Besson
Conseil maquillage : Julie Monot

Production : Numero23.Prod, en coproduction avec le Théâtre de Vidy, Lausanne (CH), à l’invitation de Kristof Hiriart//lCompagnie LagunArte (FR)

Dates et lieux des représentations: 

- Les 10 et 11 avril 2018 au Théâtre de la Vignette ( Avenue du Val de Montferrand, 34199 Montpellier (FR))

- Les 13 et 14 avril 2018 au  TLH de Sierre (CH)
- Le 28 avril 2018 au Mars-Mons à  Mons (BE)