Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Opéraporno : une farce décapante de Pierre Guillois

Écrit par Serge Bressan Catégorie : Théâtre Mis à jour : mardi 3 avril 2018 17:00 Affichages : 208

opera pornoPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Tout est dans le titre : « Opéraporno », c’est la rencontre de l’opéra, du moins l’opérette, et le porno (soft) lors d’un week-end familial à la campagne. Partant du principe que dépassé les bornes, il n’y a plus de limites, on a là une pièce qui bouscule allègrement les tabous. C’est follement décomplexé- écrit et mis en scène par Pierre Guillois qui a fondé sa première compagnie, Les Madeleines, en 1991 et à qui on doit « Le gros la vache et le mainate » (2011). Et le revoilà donc avec cet « Opéraporno », une farce furieusement décapante. Ce devait être un week-end à la campagne, quelque part dans le marais poitevin. En famille. Un homme dans la quarantaine et Clothilde sa jeune compagne du moment, Victor son fils (post-ado) à lui sans oublier sa mère, dite « la Vieille » qu’on a oubliée dans la voiture. Ce devait être une fête champêtre, un week-end ordinaire là avec étang, vieille barque, cabanon et ponton. L’art du mauvais goût, poussé à son extrême et vite, ça va dégénérer. 

Ça commence par un canotage torride avec le jeune homme et sa belle-mère. Ça enchaîne encore plus vite avec des tromperies, du sexe à gogo et aussi des orgies enchantées. On bouscule les tabous, entre opéra et comique. Il y a, dans l’air, du porno soft- et l’auteur, dans une note d’intention, a prévenu : « La seule clé de notre salut est l’humour. Le rire seul nous sauvera du véritable outrage. Il ne s’agit pourtant pas de prendre tout cela à la légère ». Ça va jongler entre sous-entendus, propos et situations grivois. C’est follement pétillant… à la condition impérative de tout considérer au troisième degré, voire au quatrième et même plus. Il n’y a pas une once de morale dans cet « Opéraporno », seulement une ode au salace et au grivois servie par des comédiens impeccables, dont Jean-Paul Muel, tout simplement étourdissant dans le rôle et les habits de la grand-mère, dite « La Vieille ». Ça va chanter aussi- attention, les oreilles chastes, restez fermées, même si, dans l’air, flotte une sensation de langueur qu’on pourrait trouver et entendre chez Debussy ou encore Eric Satie… alors que les quatre personnages se mettent à chanter, en chœur en mode opératique : « On ne fiste pas son fils, son petit-fils (…) on n’éjacule pas dans grand-mère ». Chers ami(e)s de la poésie, bienvenue au club !

Deux extraits
1/ La Vieille : « Il m’a violée ni plus ni moins.
Le Père : Quand ça ?
La Vieille : Hier soir.
Le Père : Mais quel rapport avec Clothilde ?
La Vieille : C’est tout ce que ça te fait ?
Le Père : Quel rapport avec Clothilde ?
La Vieille : Il m’a baisée mais il croyait que c’était Clothilde.
Le père : Mais comment c’est possible ?
La Vieille : C’est tout ce que ça te fait ?
Le Père : Comment Victor a pu te confondre une seconde avec Clothilde ?
La Vieille : Tu sais, dans le noir, j’ai de beaux restes ».

2/ Clothilde : « Ça ne te suffit donc pas mon petit doigt ?
Le Père : Heu… si…
Clothilde : Je ne te la malaxe pas assez ta prostate ?
Le Père : Si… si… mais
Clothilde : Alors pourquoi cet achat stupide et onéreux ?
Le Père : Je l’ai pas acheté
Clothilde : C’est une location peut-être ?
Le Père : Non… Enfin…
Clothilde : D’où il vient ce gode ?
Le Père : Je l’ai emprunté à Maman ».

« Opéraporno » de Pierre Guillois
Mise en scène : Pierre Guillois
Composition musicale : Nicolas Ducloux
Avec Jean-Paul Muel, Lara Neumann, Flannan Obé, François-Michel Van der Rest.
Lumières : Marie-Hélène Pinon. Son : Loïc Le Cadre. Costumes : Axel Aust assisté de Camille Pénager. Scénographie : Audrey Vuong, assistée de Gérald Ascargorta. Accessoires : Judith Dubois et Patrick Debruyn.
Durée : environ 1h30.

Dates et lieux des représentations : 
- Jusqu’au 22 avril 2018. Du mardi au samedi : 21h. Dimanche : 15h (relâche les lundi et le 1er et 3 avril) au Théâtre du Rond-Point (2 bis Avenue Franklin Delanoe Roosevelt, 75 008 Paris ) - Tél. : 01 44 95 98 00 - www.theatredurondpoint.fr

- Les 25 et 26 mai 2018 à 20h au Carré Magique ( Parvis des Droits de l'Homme, 22300 Lannion) - Tél. : 02 96 37 19 20 - www.carre-magique.com

- Les 29 et 30 mai 2018 à 20h30 à Le Quartz. Scène nationale ( Square Beethoven, 60 Rue du Château, 29210 Brest )Tél. : 02 98 33 95 00 -www.lequartz.com