Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Adieu Ferdinand : Philippe Caubère, une histoire d'amour avec la scène et le public depuis 30 ans

Écrit par Daniel Bresson Catégorie : Théâtre Mis à jour : lundi 4 décembre 2017 20:15 Affichages : 223

CaubèrePar Daniel Bresson - Lagrandeparade.fr/ Déjà l'impatience se sent dans le hall ou au restaurant du théâtre du Chêne noir : Philippe Caubère présente dans la salle de son ami Bruno Gelas sa création "Adieu Ferdinand" pour laquelle les noms des deux premières parties, "La baleine" et "Le camp de naturiste" intriguent les spectateurs, presque tous habitués aux délicieuses surprises concoctées par leur comédien fétiche.

Depuis plus de 30 ans l'acteur-auteur se met à nu pour le plus grand plaisir de son audience à travers les treize épisodes du "Roman d'un acteur" ou de la frénétique "Danse du diable". Philippe Caubère le promet, ce sont là les derniers spectacles où son jumeau de scène Ferdinand Faure apparait, même s'il avoue ne pas être arrivé au bout de l'histoire et que le dernier opus, "Le casino de Namur", sera complété par une deuxième partie créée l'été prochain. Dès l'entrée dans la salle, l'univers de Caubère est bien présent : une chaise, cette fois-ci rouge, plantée au centre du plateau comme unique décor dans cette superbe cage de scène, coeur d'une ancienne chapelle. Dans les premières minutes, on retrouve avec délectation les personnages qui ont marqué les anciens spectacles : Ferdinand et Clémence bien sûr, mais aussi Ariane et les acteurs du Théâtre du soleil. Pourtant l'affaire est grave : Ferdinand avoue à Clémence qu'il est irrésistiblement attiré par une des actrices de la troupe et qu'il doit assouvir ce désir coupable. S'en suit une scène surréaliste, puisque qu'il se lance à l'assaut de la comédienne bien en chair tel un harponneur le ferait d'une baleine. Le libertinage et la trahison deviennent création comique et les rires commencent à fuser, même si cette partie est ponctuée par une phrase sombre de culpabilité de notre héros " Je n'arriverai plus jamais à retrouver le sommeil ". La deuxième partie se situe à la suite de la désillusion du Lorenzaccio donné dans la cour d'honneur du Palais des Papes d'Avignon. Clémence suggère pour remonter le moral des troupes de partir en vacances dans un camp naturiste à Montalivet . Se joint au voyage Pascal, personnage truculent et frère de Ferdinand et voilà nos compères en route pour le sud-ouest de la France. La description de l'entrée dans le camp est hilarante, la recherche du bungalow et la découverte des voisins comme les différentes activités sportives des moments d'anthologie. Le camp est peuplé au deux tiers de belges et les gardiens rappellent les soldats hitlériens adeptes du nudisme, ce qui permet des situations complètement loufoques qui entrainent un public conquis dans une hilarité collective. La lumière, produite en particulier par une rampe presque invisible en front de scène projetant par moments l'ombre du protagoniste est parfaitement adaptée au lieu et à l'action. La musique d'Oum Kalthoum et des films de Chaplin accompagnent à merveille le travail de l'acteur. On ne peut qu'être admiratif devant la performance de Philippe Caubère et l'énergie qu'il déploie à nous faire partager son univers. Même quand le comédien trébuche sur le texte, il a l'habileté de transformer ce moment en sourire. On sent surtout un amour de la scène qui transporte le spectateur dans une spirale endiablée d'où il n'a aucune envie de sortir. Derrière cette apparente facilité se cachent des mois de recherche sur le texte et de travail sur les déplacements et la mise en scène, habituels chez le comédien mais tellement exigeants. On attend déjà avec impatience la suite (et fin ?) avec les deux parties du "Casino de Namur". Mais, s'il vous plait, faites que ce ne soit pas un adieu mais seulement qu'un au-revoir, M. Caubère !!

ADIEU FERDINAND !
La Baleine et Le Camp Naturiste – Le Casino de Namur
Adieu, Ferdinand !
Trois contes – en deux soirées écrits, mis en scène et joués par Philippe Caubère, après avoir été improvisés 34 ans plus tôt devant Clémence Massart, Véronique Coquet et
Pascal Caubère
Philippe Caubère – septembre 2017
La Comédie Nouvelle – Philippe Caubère Productions 

Dates et lieux des représentations: 

- Du 7 au 12 novembre 2017 au THÉÂTRE DU CHÊNE NOIR ( 8 BIS, RUE SAINTE CATHERINE, 84000 AVIGNON - RÉSERVATION : 04 90 86 74 87)
- Du samedi 02/12/17 au dimanche 07/01/18 à Paris - Athénée Théâtre Louis-Jouvet -Tel. +33 (0)1 53 05 19 19
- Le 02/03/2018  à Bonneuil-sur-Marne - Salle Gérard Philipe - Bonneuil-sur-Marne - Tel. +33 (0)1 45 13 88 24
- Le 07/03/2018 à Nevers - Maison de la culture de Nevers et de la Nièvre - Tel. +33 (0)3 86 93 09 09
- Le 15/03/2018 à Perpignan - Théâtre de l'Archipel - Tel. +33 (0)4 68 62 62 00

- Les 21 et 22 mars 2018 au Théâtre de Pézenas ( 34)
- Du mardi 27/03/18 au samedi 07/04/18 à Marseille - Théâtre du Gymnase - Tel. 08 2013 2013
- Le 12/04/2018 à 21:00 à Suresnes - Théâtre de Suresnes Jean Vilar - Tel. +33 (0)1 46 97 98 10
- Le 20/04/2018 à Toulon - Le Liberté, scène nationale - Tel. 04 98 00 56 76