Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

La tempête : un songe shakespearien, de masques et d’illusions, fort charmant !

Écrit par Julie Cadilhac Catégorie : Théâtre Mis à jour : jeudi 13 juillet 2017 05:56 Affichages : 615

TempêtePar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ La Tempête narre l’histoire de Prospero, duc de Milan, déchu et exilé par son frère, qui se retrouve sur une île déserte avec sa fille Miranda. Doué de pouvoir magique grâce à ses livres, il maîtrise les esprits et les éléments naturels dont Ariel, esprit positif de l’air et du souffle de vie, et Caliban, personnage négatif symbolisant la violence, la terre et la mort. La pièce débute sur le naufrage du bateau, provoqué par Ariel, transportant le roi de Naples, son fils Ferdinand et Antonio, le frère parjure de Prospero. Ce dernier, usant de sortilèges et d’illusions, les punit de leur traîtrise en leur faisant traverser diverses épreuves. Prospero finira par se réconcilier avec son frère et le roi ; Ferdinand épousera sa fille et les esprits Ariel et Caliban seront libérés.

La compagnie des Têtes de Bois - dont on avait déjà adhéré à Volpone il y a quelques années - a imaginé pour cette pièce shakespearienne une version enthousiasmante, empreinte de féérie, d’émotions et d’humour. Un mot élogieux, d’abord, sur la scénographie : usant d’immenses draps-voiles, d’un plateau démontable et remodelable qui permet de réinventer l’espace et de jeux de lumière propices à la rêverie, elle permet de créer différents paysages où le spectateur peut se plaire à imaginer, là une caverne sombre, là une zone hostile emplie de rochers saillants, là la clairière d'une forêt plus accueillante. Les notes habiles de Pierre Bernon, présent sur scène, créent la mélodie de cette île mystérieuse, donnent corps aux esprits, accompagnent la narration de manière véloce, dans des univers musicaux variés et au moyen de plusieurs instruments à cordes ( guitare classique, guitare portugaise, banjo algérien, contrebasse). Dans cette mise en scène de Mehdi Benabdelouhab, les costumes et les masques sont aussi à applaudir. Drapés d’étoffes soyeuses et moirées, si les amoureux et le roi Prospero offrent leur visage nu pour mieux livrer leurs émotions, les autres sont dotés de masques superbes. Valeria Emanuele séduit immédiatement dans son incarnation de l’esprit d’Ariel qui devient tour à tour un masque lumineux et tournoyant qui flotte en suspension dans les voiles de l’arrière-scène, se métamorphose ensuite en une marionnette espiègle aux yeux brillants et s’incarne en elle-même dans l’épilogue pour la célèbre tirade « Nous sommes de l’étoffe dont sont faits les songes. » Sa voix, baignée d’accent italien et de résonances rauques, donne à l’esprit une voix enchanteresse et il faut immédiatement évoquer la beauté des voix de ce spectacle : divers accents s’y font entendre et chaque timbre nous emmène en voyage. On saluera aussi l’interprétation des comédiens qui s’approprient avec justesse le jeu codifié qu’impose le masque, Gregory Nardela incarne un Prospero charismatique, Nicolas Dermigny (Ferdinand) et Izumi Grisinger (Miranda) forment un duo amoureux, pudique et touchant.
Une parenthèse théâtrale délicieuse qui puise son souffle dans l’étoffe des rêves, n’hésite pas à effectuer des embardées amusantes - bravo à l’intermède musical « Love is free » d’une pétillance plaisante -, et séduit par son inventivité pour faire naître la magie ! Embarquez, vous ne serez pas déçu(e)(s)!

La tempête

Mise en scène : Mehdi Benabdelouhab

Assistante: Laurence Landra

Régie son et lumière : Gabriel Bosc

Effets de lumière et optiques : Olivier Vallet. Compagnie Les Rémouleurs. Montreuil
Costumes : Sonia Sivel et Wanda Wellard
Masques : Guillermo Fernandez et Brina Babini  
Musiques : Pierre Bernon
 


Avec : Jean Bard, Mehdi Benabdelouhab, Valeria Emanuele, Nicolas Dermigny, Izumi Grisinger, Facundo Melillo, Gregory Nardella, musicien : Pierre Bernon
Durée : 1h30

- Du 7 au 30 juillet 2017 au Collège de la Salle - 20h30 - Festival Avignon OFF