Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Jikaëlle : le temps des évasions s’efface, c’est le temps des Evidences

Écrit par Philippe Delhumeau Catégorie : Lyrique Mis à jour : mercredi 20 septembre 2017 13:48 Affichages : 734

JikaellePar Philippe Delhumeau - Lagrandeparade.fr/ Jikaëlle, une première rencontre en avril dernier au Théâtre Le Petit Bonheur à Montmartre. La découverte d’une jeune artiste aux textes rythmés par la ponctuation du cœur, point d’exclamation – point d’interrogation. C’était le temps des Evasions, le titre de son premier album sorti dans les bacs en 2014. Le ton imprimé pop & folk accompagné sur le duo de guitares acoustiques se retrouve dans les chansons de son second CD, Evidences, interprétées sur la jolie scène du Théâtre Bo Saint-Martin. Les vagues d’émotion qui la submergeaient hier déferlent sur … Many rivers to cross, But I can't seem to find my way over (Jimmy Cliff). Rivers to be crossed opens on the passage of Jikaëlle, she finds her way.

Jikaëlle a mûri, la voix s’affirme dans les traversées à deux et se pose dans les errances solitaires. Les chansons à texte marquent un tournant dans l’écriture de ce nouvel album. L’artiste se dévoile en une jeune femme tour à tour intime, mutine, romantique, insolente, charnelle et fragile. La liaison des corps et des cœurs s’assemble à la vie, à l’amour. Les mots se jouent du temps et des saisons, voyagent vers des horizons insondés, réveillent des rêves habités d’inconnu et de mystère. L’histoire de Jikaëlle, c’est "Te toucher", des paroles qui émoustillent de l’intérieur une jeune fille qui n’a d’yeux que pour son amant. L’accompagnement à la basse de Valneze apporte une valeur ajoutée musicale harmonieuse au duo de guitares acoustiques de Bernard Léchot et de la chanteuse. D’autres saisons, une balade mélancolique teintée d’une envie manifeste de changer. Soyez en certaine, Jikaëlle, vos envies d’autres horizons, d’autres saisons vous invitent à avancer vers demain. Février, « 15h23 au mois de février, je suis assise sur mon banc… », Des paroles qui égrènent les minutes sur l’attente de l’étreinte dans les bras de l’être aimé. « Un moment lumineux, des p’tits riens qu’il faut autoriser », une très jolie chanson douceur et instantané.
Dans le public, une petite fille, la bouille radieuse, s’est habillée d’une chemise à carreaux et d’un chapeau pour ressembler à Jikaëlle. La salle est conquise aux titres de l’album CD, Evidences. La complicité rieuse entre Bernard Léchot et Jikaëlle est tous les instants. Le concert se poursuit, l’heure passe trop vite…
L’histoire d’une chanson bouleversante en silence et en signes, Sarah, a profondément marqué Jikaëlle. Erwan et son cajon participe à l’accompagnement musical. Une nouvelle surprise sur la scène du Théâtre Bo Saint-Martin.
Un voyage, « un voyage merveilleux, un voyage langoureux », une histoire à deux guidé par le magnétisme de deux cœurs aimant. A l’abri, une chanson sur le partage des sentiments, l’évocation de l’équilibre fragile, un trésor à révéler, l’impression d’être protégé de toute érosion extérieure. Magnifique !
L’inconnu, quel que soit le lieu, le temps, le jour, un rêve éveillé qui s’incruste dans les jours et les nuits de la jeune fille convaincue que le chemin la menant vers l’inconnu est semé de mystères.
Depuis ce jour, une chanson écrite après les attentats de novembre 2015. L’intimité des paroles est révélatrice de l’onde de choc qui a terrassé les gens ayant perdu un fils, une fille, un frère, une sœur, un mari, une petite amie, un copain, une connaissance. La prise de conscience sur la présence de l’amour prend une tout autre dimension. Une traversée dans l’absolue nécessité  d’écouter, d’aimer, d’accepter l’autre tel qu’il est, c’est-à-dire tout entier. Le temps ne pansera jamais les blessures et les cicatrices infligées par la cruauté des hommes. Le souvenir demeure et s’inscrit à jamais dans la mémoire collective. Moment intense sur scène et dans la salle. Merci Jikaëlle de ces paroles touchantes.
Le concert s’achève sur "Pas le temps", titre de l’album Evasions, chanté dans sa version espagnole.
Prendre son temps, c’est aller voir et écouter la nouvelle génération de chanteurs à texte. Jikaëlle en est et il est à lui souhaiter de continuer qu’elle prenne son temps d’écrire encore de beaux textes.

Son actualité à venir :
- Dimanche 8 octobre 2017, Boulange (Moselle)
• 15h: Espace Riom, Grand Prix de la chanson « Pierre Delanoë / Claude Lemesle » - Lien vers l'événement
www.jikaelle.com

Avec Bernard Léchot, Erwan Mouly et Valnèze Tala

© Bernard Léchot