Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Les chansons de Jikaëlle : des mots dessus, des mots dessous, des sentiments, du rêve, des évasions

Écrit par Philippe Delhumeau Catégorie : Lyrique Mis à jour : dimanche 2 avril 2017 20:05 Affichages : 1127

JikaellePar Philippe Delhumeau - Lagrandeparade.fr/ « Un jour, j’irai à Montmartre avec toi », ont dû se dire mutuellement Jikaëlle et Bernard Léchot. C’est au Théâtre Le Petit Bonheur situé à quelques envolées de moineaux de la Basilique du Sacré Cœur que se niche ce petit écrin de… bonheur. Métro Anvers, rue Dancourt, ça grimpe rue des Trois Frères, un coup d’œil à droite, rue Drevet. Des escaliers et encore des escaliers. C’est Montmartre ! Il est où le bonheur, il est où ! Il est là le Théâtre Le Petit Bonheur, il est là derrière sa jolie façade rouge teintée comme le p’tit rouge récolté aux vignes de… Montmartre, bien sûr ! Ici, les gens sont ailleurs, Montmartre n’est plus à Paris,

passé une certaine heure.
19h45, La jeune chanteuse, Jikaëlle, répète les titres qu’elle interprétera ce samedi 1er avril avec son complice suisse, Bernard Léchot. C’est à l’âge de 13 ans que la jeune ado gratte les premières notes sur sa guitare. Commence un apprentissage musical en solo avec un professeur dans la maison familiale de Saint-Maur des Fossés. Les chansons de la génération de ses parents jusqu’aux tubes actuels, elle en écoute sans modération. Je veux écrire, je veux composer se dit Jikaëlle. Qui sait ? C’est lors d’un stage de doublage de voix que Jikaëlle rencontre Bernard Léchot. Qu’importe les années qui les séparent, la fusion est immédiate. L’histoire commence vraiment sur la plateforme de crowfunding de MyMajorCompany pour le lancement de leur premier album. La réussite est garantie, ‘Evasions’, sort dans les bacs l’été 2014. Des tournées en région font connaitre le répertoire de Jikaëlle accompagnée de Bernard.
Le Théâtre Le Petit Bonheur les invite un soir de printemps 2017 et l’intimité de la salle se remplit vite. Bernard, posé sur son tabouret, jette un regard complice à sa jeune partenaire. Jikaëlle, c’est chapeau et chemises à carreaux ! Quelle drôle de fille ! Ici, il n’y a pas le ronron de l’air conditionné, juste des chansons et des refrains à partager.
Page blanche (album Evasions), la chanson évoque l’absence d’idées face au silence de la page blanche. Des paroles qui en disent long sur la solitude, les nuits blanches et le trou noir que ressentent les ‘texteux’.  
D’autres saisons (à paraitre dans le prochain album en juin 2017), la volonté de tourner la page avec le présent pour s’exiler vers de nouveaux horizons, d’autres saisons.
"Sarah", une vague d’émotions a surgi dans la vie de Jikaëlle le jour où elle a rencontré Sarah, une jeune adulte sourde et handicapée mentale. L’émotion est palpable dans les yeux, les paroles en témoignent, la musique crée un rapport universel avec les gens différents.
"Autrement" (album Evasions), « oublier le temps d’avant, c’est peut-être ça la vie ». Avancer autrement, être aux côtés de l’être aimé, absent sur l’instant, mais présent dans les sentiments.
"Un jour différent" (album Evasions),  « C’était un jeudi pas comme les autres », une chanson sentimentale à propos de deux jeunes qui s’aiment.
"Y’ a de ces gens là" (duo à paraitre dans le prochain album), un rythme très soutenu par la profondeur des paroles qui parlent des gens qui se plaignent pour un oui, pour un quoi et ferment leurs bras aux autres.
"Transition", une chanson d’histoires où Cendrillon, Robinson et Vendredi rencontrent Apollinaire et Lorca dans La Grande Evasion.
"L’inconnu" (à paraitre dans le prochain album), « Mais qui es-tu ? D’où viens-tu ? J’en sais rien. » Des doutes peuplés d’interrogations sur un souffle de vie partagé à deux, à condition que l’amant soit là.
"Noir ou blanc", une chanson qui accorde les voix et les guitares dans un souffle commun. Le thème de l’amour sur la différence est abordé avec simplicité et sincérité. Peu importe les regards des autres, chacun doit vivre avec son histoire. Nougaro chantait : “Armstrong, la vie, quelle histoire ! C'est pas très marrant, Qu'on l'écrive blanc sur noir Ou bien noir sur blanc, On voit surtout du rouge, du rouge. Sang, sang, sans trêve ni repos, Qu'on soit, ma foi, Noir ou Blanc de peau.”
"Craindre le meilleur" (à paraitre dans le prochain album), une invitation à l’errance, une rêverie à deux. La raison du cœur l’emporte sur les caresses que le temps efface à la peau. Magnifique titre.
"Mots dessus, Mots dessous", une chanson espiègle et pleine de surprises interprétée par le joli duo complice à la vie, à la chanson, à la musique. « Je t’aime, tu me manques… »
A nous aussi, vivement le prochain concert de la sublime Jikaëlle accompagnée du génial Bernard Léchot.


Informations sur le site : www.jikaelle.com
Le second album Evidences est en bonne voie. Restez à l’affût, sa sortie prochaine est une évidence.

Enregistrer