Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

OCD LOVE : Sharon Eyal et Gai Beyar transcendent l'obsession en danse

Écrit par Julie Cadilhac Catégorie : Danse Mis à jour : vendredi 8 juillet 2016 16:59 Affichages : 1181

OCDPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Après avoir collaboré longtemps avec la Batsheva Dance Company, la Hubbard Street Dance de Chicago et Carte Blanche en Norvège, Sharon Eyal a co-fondé en 2013 avec Gai Behar la compagnie LEV, qui signifie coeur en hébreu. Son collaborateur artistique est une des figures de la musique live et des arts vivants de Tel Aviv.

OCD Love, leur nouvelle création, prend pour sources d'inspiration le texte éponyme de Neil Hilborn, un poète qui souffre de troubles obsessionnels compulsifs, et la partition électronique d'Ori Lichtik. Baignée d'ombres et de lumières, cette partition chorégraphique est littéralement époustouflante de virtuosité.
A l'ouverture, un éloge de la lenteur orchestré par Rebecca Hytting, une soliste à la maîtrise du corps jubilatoire. La saillie des muscles douchée de lumières enveloppantes, l'ambiance musicale très cinématographique font immédiatement vibrer la salle. Devant cette prodigieuse danseuse, albatros aux ailes de géant, à la gestuelle hypnotisante et à la grâce vertigineuse, le temps ploie et se suspend. La décomposition, l'articulation et la précision de chaque mouvement au sein d'un espace aussi nu que profond nimbent l'atmosphère d'irréalité...et l'on jouit du luxe de regarder chaque phalange se déployer comme un miracle. Douglas Letheren entre, il a la tenue sublime et la gravité de ceux qui pénètrent dans l'arène. Il entame une marche à la solennité indicible. Quatre autres interprètes les rejoignent ensuite pour d'extraordinaires tableaux, des ensembles où le classique embrasse le contemporain, la danse-théâtre se mêle aux gestes stéréotypées des rave party et milieux underground. Les costumes baignés de noir, auxquels s'ajoutent des chaussons-bottes qui ceignent le mollet, sont d'un grand esthétisme et achèvent de mettre en valeur le corps superbement sculpté des danseurs, en ne négligeant pas la singularité de chacun.
OCD Love parle d'amour, de liberté mais aussi de manque et de douleurs intestines. C'est un spectacle qui se vit de l'intérieur. Tantôt il se déploie dans une synchronisation métronomée, stupéfiante de rigueur et de perfection, parfois se dérègle et a l'agitation, la possession des corps et la violence de l'exorcisme. Keren Lurie Pardes est prise de soubresauts convulsifs et contribue à cet art du contrepoint si brillant dans cette chorégraphie. Les corps exultent, se soumettent, se rebellent sous les incantations du beat. Le génie de ce travail réside dans le syncrétisme parfait entre la danse underground et le raffinement académique de la danse classique et contemporain. Il semble que les pas d'OCD Love aient éclos de la spontanéité des mouvements qu'impulsent la musique entêtante d'Ori Lichtik, ce feeling qui donne envie aux spectateurs de se lever eux-mêmes de leur siège pour partager cette danse, et le génie d'une technique longtemps éprouvée. Sharon Eyal invente une danse de la sensation, une danse-coup de poing aux répercutions humanistes troublantes. Son accent sur les regards fait du public un acteur concerné.

Sharon Eyal et Gai Beyar transcendent la danse dans cette célébration de l'humain dans lequel on a entendu résonner un formidable chant de tolérance. La chorégraphe israélienne a inventé un phrasé chorégraphique qui puise son inspiration dans les pulsions de l'ordinaire et s'outrepasse jusqu'au final à l'éclaboussante lumière aussi inquiétante qu'attirante, et d'une résonance ambivalente telle que seule l'humanité peut en porter en son sein...

 Le site de la L-E-V Company

SHARON EYAL & GAI BEHAR
OCD LOVE – création

L-E-V
Chorégraphie : Sharon Eyal, Gai Behar
Musique : Ori Lichtik
Lumière : Thierry Dreyfus
Costumes : Odelia Arnold
en collaboration avec Rebecca Hytting, Gon Biran, Sharon Eyal, Gai Behar
Avec : Leo Lerus, Gon Biran, Keren Lurie Pardes, Douglas Letheren, Rebecca Hytting, Mariko Kakizaki

Dates des représentations:

- Montpellier , France- 
July 7-8, 2016 | Opéra Comédie
 - Festival Montpellier Danse

- Tulsa, USA
 - August 3, 2016 | Williams Theatre Arts Center
 
- Saint-Sauveur, Canada- 
August 6, 2016 | Festival des Arts de Saint-Sauveur
 
- Münster, Germany
- 
September 3-4, 2016 | Theatre im Pumpenhaus
 
- Hannover, Germany
- 
September 7, 2016 | Festival TANZtheater INTERNATIONAL


- London, United Kingdom
- September 19-20, 2016 | Sadler's Wells

- Rotterdam, Netherlands- 
September 23, 2016 | Stadsschouwburg
 
- Rome , Italy
- 
September 27-29, 2016 | Roma Europa

- Kaunas, Lithuania- 
October 8, 2016 |

- Ludwigshafen, Germany
- October 21-22, 2016 |
 
- Darmstadt, Germany- 
November 4, 2016
 
 - Monaco, Monaco
- 
December 14, 2016  | Monaco Dance Forum

- Cologne, Germany- 
December 16-17, 2016  |

- New York, USA- 
11-15, 2017 | Joyce

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer