Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Nourriture : le corps pour écrire le désir

Écrit par Christian Kazandjian Catégorie : Danse Mis à jour : jeudi 28 décembre 2017 13:22 Affichages : 935

NourrituresPar Christian Kazandjian - Lagrandeparade.fr / La compagnie de danse Body double explore la diversité des références visuelles et littéraires qu’offre un texte de Gide.

Peut-on faire danse de tout ? D’un roman-poème, par exemple. D’un texte d’un des maîtres incontestés de la littérature, André Gide en l’occurrence. La compagnie Body double de la chorégraphe Marie Perruchet s’est attelée à la tâche de mettre en espace "Les nourritures terrestres", œuvre de jeunesse écrite en 1897. Nicolas Travaille, seul en scène donne chair au rêve d’un jeune homme. Il y a une plage que peuple le mugissement sourd des flots, ou est-ce le souffle du dormeur ? Le corps, nu jusqu’à la ceinture se tord, semble souffrir (sommeil agité), communiant avec le sol, roulant entre les draps ?, poussé par les vagues ? Apparaissent deux femmes (Marie Perruchet, Aurore Godfroy), objets lointains d’un désir naissant. Les corps se rapprochent, se jaugent, pour finalement se toucher, s’enlacer, se fondre dans la recherche de la lumière. Couples se défaisant pour se reconstituer, tant le désir est impérieux,
On suit mot à mot, le texte de Gide, sans jamais le voir ni l’entendre, à travers le mouvement : « Je ne sais ce que j’ai pu rêver cette nuit. A mon réveil tous mes désirs avaient soif. Il semblait qu’en dormant, ils eussent traversé des déserts. Entre le désir et l’ennui. »
La bande son, composition originale, corpus J.S. Bach, due à Alex Liebermann, s’enrichit d’effets d’un souffle tout à la fois respiration ou marque de désappointement. Les danseurs jouent de leur corps solidement charpenté, sollicitant chaque muscle dans l’expression de la douleur ou de l’extase, sans jamais perdre de cette poésie que ferait naître l’environnement onirique du songe, nous offrant cinquante minutes de pure grâce.

Nourriture
D’après l’œuvre d’André Gide
Par la compagnie Body double
Chorégraphie de Marie Perruchet

Dates et lieux des représentations: 

- Les 26 et 27 janvier 2018 - Le Café de la Danse (Paris) - téléphone : 01 47 00 57 59
- Le 26 mai 2018 - Théâtre Châteaubriant (Saint-Malo)