Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

Caida del Cielo de Roccio Molina : un voyage entre lumières et ombres guidé à la pointe du talon

Écrit par Julie Cadilhac Catégorie : Danse Mis à jour : dimanche 1 octobre 2017 21:59 Affichages : 790

Roccio Par Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Caida del Cielo est tout autant un voyage dans des contrées aussi lointaines qu'(in)connues qu'une succession de métamorphoses troublantes où le masculin et le féminin s'expriment en notes divergentes, qu'une descente symbolique du ciel vers la terre...Une nouvelle pièce chorégraphique que les inconditionnels de la danseuse - qui a reçu le "Giraldillo" de la danse à la Biennale de Séville 2016  - sauront apprécier à sa juste valeur. Roccio Molina y poursuit son travail de dépoussiérage complet du flamenco : elle surprend toujours, joue autant avec la tradition qu'elle lui rend hommage.

Elle secoue musicalement nos attentes, imagine ainsi une ouverture rock-flamenco qui déménage où ne sont présents que ses musiciens...et puis : elle est là. Qui a déjà vu un spectacle de la dame sait à quel point elle méduse le regard. Dans sa robe blanche, elle nous apparaît telle une Victoire de Samothrace aux ailes en volants. Pour emprunter à Jean Racine : "elle flotte, elle hésite : en un mot, elle est femme." On se rappelle soudain ce qui fascine chez cette danseuse : sa puissance évocatrice, chacun de ses gestes millimétrés, l'excès andalou auquel s'imprègnent d'autres influences qui offrent des contrastes saisissants. Sa robe à longue traîne devient prétexte à une chorégraphie magnifique: elle est paon. Des images s'enchaînent ainsi. La tête ceinte de volants, baignée de lune, elle éclôt peu à peu. Est-ce un ange? Cette paire de talons qui demeure en bord de scène l'appelle-t-elle comme une tentation irrésistible à une décadence certaine? Elle sort de sa chrysalide, nue. Comme si Ovide l'inspirait, elle enfile ensuite de nouveaux habits pour une nouvelle métamorphose : elle est torero et de ses claquements de doigts, de ses coups de talon, de ses mains frappées, elle fait entrer les percussions dans la danse. Et l'oeil se plaît à admirer son port de tête divin, le panache de chacun de ses gestes. On reste suspendu à l'étourdissante danse de ses pieds, de ses bras, de son corps tout entier en tension.

Dans ce spectacle, elle insère aussi des notes d'humour plaisantes, caricature la virilité, joue les Antonio Banderas au goût de chips...veritable zorro clownesque à la pointe du talon. Puis nouvel habit : un peignoir, un bâton. On y voit tout à la fois un boxeur aux faites de sa gloire, un maître japonais ou encore une sorcière sensuelle...c'est dire combien Roccio Molina laisse libre les champs de l'interprétation. Plus tard, elle se vêt d'une jupe plastique souillée de boue qui, par un habile effet de caméra et de projection, dessine un tableau qui a la poésie et l'épure d'une estampe japonaise sur le fond de scène. On a l'occasion de réaliser le talent d'Eduardo Trassierra et de sa guitare qui l'accompagne. Salie de boue, on lave ensuite les pieds de cette déesse du flamenco, la rechausse...Elle dénoue sa tresse emblématique, relève ses jupes. Autre ambiance. Soudain, elle est rock Roccio. On lui apporte ensuite une corbeille de fleurs et de fruits; elle devient tout à la fois Déméter, bacchante de Dionysos, danseuse tahitienne. C'est Roccio on the moon, Roccio et ses cheveux tournoyants, Roccio et son flamenco vahiné...On sort de là encore étourdi de son talent et des applaudissements enthousiastes des fidèles ( et ils sont nombreux! )du Festival Flamenco de Nîmes.

Le site de l'artiste

Rocío Molina - Caída del Cielo
Un spectacle de Rocío Molina
Avec 
Rocío Molina, danse - 
Eduardo Trassierra, guitares - 
José Ángel Carmona, chant et basse électrique
 - José Manuel Ramos “Oruco”, compás et percussions
 - Pablo Martín Jones, percussions et musique électronique
Durée : 1h20

Dates des représentations:
- Les 12 et  13 Janvier 2017 20h au 
Théâtre Bernadette Lafont - Nîmes ( 30)
- Le 24 janvier 2017 - Flamenco Biënnale - Maastricht,
- Le 28 janvier 2017 - Flamenco Biënnale - Amsterdam
- Du 16 au 18 février 2017 - Teatro Español - Madrid, España
- Le 4 mars 2017 - Teatro El Musical - Valencia, España
- Le 8 mars 2017 - Recinto sin nombre - Jerez de la Frontera, Cádiz España
- Le 11 mars 2017 - Teatro Real Coliseo Carlos III, San Lorenzo de El Escorial, Madrid España
- Le 31 mars 2017 - Le Prisme, Elancourt, France
- Les 20 et  21 mai 2017 - Mercat de les Flors, Barcelona , Spain

- Les 4 et 5 octobre 2017 - Les Ecuries - Charleroi

- Du 12 au 14 octobre 2017 - Barbican Centre, Londres, Reino Unido
- Les 17 et 18 octobre 2017 - Danses Hus, Oslo, Noruège
- Le 10 novembre 2017 - Gran Teatro Falla, Cádiz , Espagne
- Le 24 novembre 2017 - Teatro Circo Murcia, Murcia, Espagne
- Du 4 au 6 décembre 2017 - La Comédie Scène Nationale, Clermont Ferrand , France
- Le 30 janvier 2018 à 20h au Sillon - Clermont l'Hérault

 A lire aussi :

Bosque Ardora : un flamenco synesthétique aux effluves primitives entêtantes