Pauline

Mon autopsie : Jean-Louis Fournier dissèque…Fournier Jean-Louis !

Écrit par Félix Brun Catégorie : Romans français Mis à jour : vendredi 17 novembre 2017 23:24 Affichages : 142

autopsiePar Félix Brun - Lagrandeparade.fr/ Jean-Louis Fournier a décrété sa propre mort…dernière disposition, il a donné son corps à la médecine et attend sur la table de dissection d’être décortiqué et analysé. Une jeune étudiante va le découper, le désosser avec attention et application…Macchabée raffiné et délicat, il va tomber amoureux de celle qu’il surnomme Egoïne et qui méthodiquement taille, tranche, évide, éviscère… ! 

Je dois être attendrissant. Je suis à l’étal, dépiauté, décharné, dévasté, désarmé, désarmant, sans défense.

Des chapitres brefs, étiques, un récit extravagant et émouvant ; c’est un rituel chez Fournier de voiler les larmes par la dérision, le désespoir par l’ironie.

Mon imagination était ma chance, la lucarne de ma prison, ma lumière. La perdre c’était me perdre. Me retrouver enfermé à perpétuité dans la réalité, ne plus pouvoir fuir. Ne plus pouvoir imaginer le pire, devoir le vivre. Ne plus pouvoir rêver.

Sur sa table de dépeçage, il évoque notre époque et dénonce avec son humour acide l’esclavage numérique de la jeunesse, son instinct grégaire, une culture de tablette et de téléphone portable.
Mais Jean-Louis Fournier est un artiste du camouflage : il sait dissimuler et étouffer sa détresse, sa tristesse ; ses confessions oscillent entre le pathétique, le drame et l’hilarité, la facétie.

On pleure quand on arrive sur terre, pourquoi on râle quand on doit partir ? Jamais content.

C’est un jongleur de bons mots, et son esprit redoutablement imaginatif et original.

J’avais des idées parce que ma tête était mal rangée à l’intérieur, c’était un bric-à-brac où le mot oiseau se retrouvait à côté du mot vertige, le mot biche à côté du verbe vomir et le mot grammaire à côté d’impertinence.


Un succulent moment de lecture en compagnie d’un trépassé jouisseur.

Mon autopsie
Auteur : Jean-Louis Fournier
Editions: Stock
Parution : 30 août 2017
Prix : 18€