Pauline

Presque une histoire d’amour : le hasard, la vie, le théâtre, Marivaux et Rome !

Écrit par Félix Brun Catégorie : Romans étrangers Mis à jour : mercredi 2 mai 2018 05:22 Affichages : 260

presque une histoire d'amourPar Félix Brun - Lagrandeparade.fr/ Nino, vingt ans à peine, revient de Londres, d’un séjour sans éclat, de petits boulots et de rencontres sans lendemain ; il subsiste en donnant des cours de théâtre à un groupe de retraités dans cette Rome où  certaines rues n’ont plus grand-chose d’italien : "On sent jusqu’ici cette odeur d’huile frite longtemps qui est l’haleine du monde, qui efface les frontières, les Noëls et les Pâques, qui permet de s’y retrouver même quand on s’est déjà perdu." Et Teresa, la trentaine, qui échoue dans la capitale romaine, meurtrie par une blessure amoureuse, fragile, gentille, délicate, devenue par opportunité hôtesse d’accueil dans une agence de voyage. Et puis Grazia, la tante de Teresa et professeur de théâtre de Nino, actrice éphémère, le « hasard » de cette idylle qui va germer, puis naître entre les deux jeunes gens, comme dans une comédie ou une pièce de musique…pianissimo, crescendo, sur fond de Marivaux, de Jules verne, de Brel. 

Nous sommes tous un spectacle pour quelqu’un d’autre.

Grazia est la narratrice de cette chronique amoureuse, qui n’est pas sans rappeler « Les Fausses Confidences » de Marivaux ; le lecteur s’invite dans cette aventure passionnée et passionnante, construite avec un immense talent par Paolo Di Paolo. Un roman de rôle qui aborde de nombreux thèmes, la religion, les religions, le théâtre, la maîtrise et la connaissance de soi, l’espoir, la vie. Les échanges sont troublants, émouvants, les discussions sont parfois tendues, dures, violentes, truculentes, les face-à-face provocateurs, impulsifs, les tête-à-tête réservés et hésitants. Un magnifique ouvrage qui promène ses acteurs dans une Italie toujours séduisante, si particulière : « cette machine à remonter le temps déglinguée-on y entre et on y retrouve toujours quelque chose d’hier, l’année 1950, la grand-mère et sa petite laine, les pâtisseries de dimanche, le terrain pour jouer aux boules, la fête patronale, les miracles vrais ou supposés. La modernité n’est jamais arrivée, jamais jusqu’au bout. » Un immense bonheur de lecture.

Presque une histoire d’amour
Auteur : Paolo Di Paolo
Traduction : traduit de l’italien par Renaud Temperini
Editions : Belfond
Parution : 1 mars 2018
Prix: 19€