Pauline

Arturo Pérez-Reverte : à la recherche des Lumières

Écrit par Serge Bressan Catégorie : Romans étrangers Mis à jour : vendredi 21 juillet 2017 20:51 Affichages : 329

perezPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Ecrivain de belle réputation, l’Espagnol Arturo Pérez-Reverte n’apprécie rien tant que de se jouer de la vérité. S’en jouer tout en la respectant au plus près- ce qu’il précise d’entrée dans son nouvel et colossal roman historique et d’aventures, « Deux hommes de bien » : « Ce roman repose sur des faits réels avec des personnages et des scènes authentiques, même si une large part de l’histoire et de ses protagonistes relève de la liberté de fiction exercée par l’auteur ».

Donc chez Pérez-Reverte, 65 ans, depuis une trentaine d’années dans le monde des livres après avoir été journaliste et correspondant de guerre, tout est vrai, rien n’est vrai… et nous voilà, lecteurs, embarqués à la fin du 18ème siècle dans le sillage de deux hommes membres de l’Académie royale d’Espagne mandatés par leurs collègues pour le voyage Espagne- Paris et retour. Leur mission : amener au pays les vingt-huit tomes d’une œuvre vertigineuse, l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert. Alors interdit en Espagne, un texte énorme, œuvre repère du Siècle des lumières et qui annonçait et inspirait la Révolution française…

Membre de l’Académie royale d’Espagne, auteur à succès depuis son deuxième roman (« Le Tableau du maître flamand ») suivi de « Le Maître d'escrime », « Le Peintre des batailles » ou d’une série de cape et d'épée (« Les Aventures du capitaine Alatristé »), l’écrivain espagnol a imposé ce qui, aujourd’hui, est sa marque de fabrique : le roman historique et d’aventures, tout aussi érudit que populaire. Avec encore et toujours, un seul mot d’ordre, un objectif avoué : faire plaisir au lecteur. Ce qu’il réussit une fois encore avec ces « Deux hommes de bien » à la recherche des Lumières. Ces deux hommes, ce sont le bibliothécaire don Hermógenes Molina et l’amiral don Pedro Zárate. Deux hommes de bien, nous dit-on. Intègres et courageux. Les voilà partis de Madrid pour un voyage long mais surtout qui, vite, va se révéler empli de difficultés, d’embûches, de dangers… On résume : ils vont croiser des brigands, se retrouver dans des auberges improbables. N’empêche ! ils arrivent à Paris. Là, ils découvrent les salons, les cafés, les librairies, les mœurs libertines, les agitations politiques. Ça, c’est Paris !
Bon, évidemment, dans l’histoire, tout n’est pas idyllique. Le bibliothécaire et l’Amiral vont devoir se mettre en quête d’une solution. L’édition originale de l’« Encyclopédie » est épuisée et l’Académie royale d’Espagne leur a balancé dans les pattes un espion qui doit faire capoter leur mission. Au hasard des pages de ce récit haut en couleurs, délicieusement romanesque et picaresque, on lit quelques belles sentences, quelles pensées définitives : « Un peuple digne n'attend pas de son gouvernement qu'il l'amuse, mais plutôt qu'il le laisse s'amuser », « Les hommes, dans leur ignorance, se soumettent à d'autres hommes qui leur sont égaux : rois, sorciers et prêtres, que leur stupidité leur présente comme des dieux sur terre. Et ceux-là en profitent pour les réduire en esclavage, les corrompre, les rendre vicieux et misérables » ou encore « C'est à la physique et à l'expérience, à la preuve et à l'erreur que l'homme libre doit rendre un culte ».
Maître dans l’art de mener le récit, de mêler faits et vérité historiques et fiction (« Le cadre du roman ne doit pas être authentique, mais en avoir l’air, affirme l’écrivain espagnol. Pour écrire un roman, tout ce qui fonctionne est bon, et tout ce qui ne fonctionne pas est mauvais. Vous avez même le droit de bousculer la syntaxe si vous jugez que cela bonifiera le livre. Le roman est une tentative de séduction de l’auteur vis-à-vis du lecteur. Et pour cela, il peut développer tous les moyens qui sont à sa disposition, à commencer par les plus efficaces »), Arturo Pérez-Reverte revendique les influences du « Don Quichotte » de Cervantès et des « Trois Mousquetaires » d’Alexandre Dumas. Avec « Deux hommes de bien », reconstitution étourdissante d’un Paris pré-révolutionnaire, il rend hommage aux initiateurs du Siècle des Lumières. Et délivre un hymne réjouissant à l’amitié dans un roman en marche !

Deux hommes de bien
Auteur : Arturo Pérez-Reverte
Editions : Seuil
Parution : 4 mai 2017
Prix : 22,50 euros