Pauline

Plus jamais seul : Caryl Férey, l’inspecteur borgne reprend du service

Écrit par Serge Bressan Catégorie : Polars Mis à jour : samedi 24 mars 2018 22:52 Affichages : 189

FereyPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / C’est le propre des grands voyageurs. Un jour, toujours, on revient à son point de départ… Voilà donc ce que prouve Caryl Férey, 51 ans, auteur poids lourd de la Série Noire qui le présente ainsi : « Plus de 800 000 lecteurs conquis ».

Avec son nouveau roman, « Plus jamais seul », il pose son histoire et son héros en Bretagne alors que pour de précédents (et prochains) livres comme « Zulu », « Mapuche » et « Condor », il a parcouru l’Amérique du sud et l’Afrique. Férey, c’est du lourd dans le monde du « noir », du polar- même s’il se défend d’écrire des romans policiers. Il préfère qu’on parle de romans, et il précise que « l’avantage des romans, c’est qu’on peut être aussi journaliste. On fait une étude de terrain. Moi j’aime voyager, rencontrer les gens. J’aime l’Histoire, tout ce qui est ethnologie, etc. Du coup, je fais un travail d’enquête. Le minimum, c’est de ne pas dire de bêtises… » Donc, le voilà revenu en terre bretonne avec, pour la troisième fois après « Plutôt crever » (2002) et « La jambe gauche de Joe Strummer » (2007), McCash, l’inspecteur borgne qui reprend du service et qui découvre, dans le même temps, la paternité. Ah ! McCash… ça, c’est du héros : « C’est un peu mon double négatif, je le connais par cœur mais me situe souvent aux antipodes du personnage, inspiré d’un de mes amis bretons bien barré », confie l’auteur.

Une bonne moitié a, pour cadre, la Bretagne. Là où a atterri l’inspecteur McCash, borgne depuis tant d’années, l’orbite vide recouvert d’un bandeau noir- ce qui impressionne, trouble, perturbe les passants et ses interlocuteurs. Il a « aimé » une femme en vitesse ; de cette relation, une fille est née. Elle a, au début du récit, 12 ans et va à l’école en Bretagne. Un courrier demande à McCash d’aller à l’école, de récupérer la fillette et d’en occuper, dorénavant, en bon père qu’il aurait toujours dû être. La gamine joliment espiègle, Alice de son prénom, joliment espiègle, et l’ex-flic aussi désenchanté que désinvolte commencent, dans une Jaguar, un road trip à la mode bretonne- ce qui veut dire que McCash a une conception très particulière, très personnelle de la paternité…
Et puis, il apprend la mort de son vieux copain Marco de Concarneau, surnom « Marco-le-dingue », avocat délicieusement barré et grand navigateur marin devant l’éternel, qui a été balancé avec son voilier au fond de l’océan par un cargo. Une certitude pour l’ex-flic irlando-français McCash : l’erreur de navigation est inimaginable, Marco était un trop fin marin. Ainsi, l’enquête va le mener dans de sacrées zones de turbulences… D’abord, l’inspecteur découvre que, sur le voilier, son pote Marco n’était pas seul, il y avait aussi Angélique, son ex et l’amour de sa vie. Il découvre également que, pour la famille de Marco, il est hors de question de laisser l’héritage à Zoé, sœur d’Angélique et d’origine africaine. On y ajoute un privé qui bosse pour le compte de la famille et qui se montre sacrément vindicatif.
Donc, pour McCash, aucun doute, cette histoire ne sent pas bon. Il est bien tenté d’enquêter plus mais il y a Alice, et Alice déjà il la délaisse un peu trop… Mais McCash sera toujours McCash, il ne laisse pas tomber une affaire en cours. Alors, il se lance à fond dans l’enquête qui va le mener jusqu’en Grèce, là où Marco a acheté son voilier. Et le rythme s’accélère. Il y a les sœurs sénégalaises Angélique et Zoé, les migrants scandaleusement grugés par les passeurs et les trafiquants, un pays- la Grèce, au bord du gouffre économique et confronté aux combines financières… Une fois encore, Caryl Férey déroule un roman coup de poing, un de ces textes où l’on bouscule, où l’on force le passage, où l’on anéantit les importuns- il confie : « Je considère que j’écris rock. J’ai toujours peur de faire un bouquin pop, c’est-à-dire trop lisse, trop grand public. La pop ne me transporte pas, le rock oui ! » Une fois encore, Caryl Férey aborde la littérature comme AC/DC ou Mötörhead la musique : sur un rythme hard rock. Oui, avec Caryl Férey, tout lecteur n’est plus jamais seul !

Plus jamais seul
Auteur : Carly Férey
Editions : Série Noire / Gallimard
Parution : 8 février 2018
Prix : 19 €