Pauline

Andrea Camilleri : rude journée pour le commissaire

Écrit par Serge Bressan Catégorie : Polars Mis à jour : mardi 11 juillet 2017 15:40 Affichages : 227

Camille RicoPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr / Oui, il nous manquait, ce bon commissaire Salvo Montalbano… Oui, on est rassuré : il est toujours vivant et bien vivant sous les mots de l’écrivain italien Andrea Camilleri, 91 ans, maître mondial du « polar », toujours la plume alerte même si ses yeux et ses jambes ont de plus en plus de mal à (lui) assurer un quotidien convenable.

Donc, on file en Italie pour retrouver le commissaire. Avec « Une voix dans l’ombre », c’est l’assurance d’une sacrée et rude journée pour le policier. Ça commence dans sa cuisine par l’agression d’un poulpe haineux. Ça continue dans sa voiture : un jeune chauffard l’agresse à coup de clé à molette. Et puis, la compagne de l’agresseur est retrouvée assassinée. Et puis, un directeur de supermarché est victime d’un cambriolage mais ne peut cacher sa peur de la (im)prévisible réaction des propriétaires du magasin- ils sont membres de la Mafia… A première vue, bien sûr, les affaires n’ont aucun lien entre elles- sauf que des politiques locaux (et puissants) veulent anéantir notre Maigret sicilien. Le commissariat de Vigàta n’hésite pas à soutenir, à aider Montalbano ; une mystérieuse voix dans la nuit, aussi. Alors, le commissaire gastronome qui parle un italien empli de locutions siciliennes va-t-il se sortir de ces pièges, mettra-t-il à jour la vérité ? En grande forme littéraire, Andrea Camilleri fait flotter « Une voix dans l’ombre » entre tragique et comique, entre théâtralité et facétie.

Une voix dans l’ombre
Auteur : Andrea Camilleri
Editions : Fleuve Noir
Parution : 8 mai 2017
Prix : 20 euros