Pauline

Romain Puértolas : ça, c’est du « poilar » !

Écrit par Serge Bressan Catégorie : Polars Mis à jour : vendredi 19 mai 2017 06:55 Affichages : 887

FacebookPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr/ Avec "Tout un été sans Facebook", le Français Romain Puértolas bouscule le « polar ». Et signe un roman aussi léger que loufoque. D’ailleurs, avant même d’ouvrir le livre, on est prévenu : « Quand j’écris, j’aime faire rire », assure Romain Puértolas.

On l’a connu en 2013 avec "L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea", on l’a retrouvé en 2015 avec deux livres :"La petite fille qui avait avalé un nuage grand comme la tour Eiffel" et "Re-vive l’Empereur" ! Ce printemps, il revient avec un quatrième roman, "Tout un été sans Facebook"- un livre qu’il définit non pas comme un « polar » mais comme un « poilar »… Oui, Puértolas manie avec autant d’allégresse que de dilettantisme le roman policier et la légèreté loufoque. Pour s’en convaincre- si on éprouve quelques doutes, on plonge dans un texte bien serré qui court sur près de 380 pages, découpé en cinq parties : « Création d’un groupe (de lecture pour les policiers de New York) », « Révélations dans une pizzeria suédoise », « Cet inconnu qui veut être ton ami sur Facebook », « Les hommes qui n’aimaient pas le noir » et « Vous avez une demande de conversation ». 

L’histoire a pour décor New York- précision : non pas Big Apple, mais un trou perdu et raciste (150 habitants, 198 ronds-points, pas d’Internet donc pas de Facebook !) dans l’Etat du Colorado. Il ne s’y passe jamais rien, ce qui ravit le shériff MacDonald. Ce qui ennuie la lieutenant Agatha Crispies qui, pour échapper à la déprime, a monté un club de lecture dans le commissariat. Et puis, elle va retrouver goût à l’action puisque un crime est commis, puis d’autres… A première vue (et à première lecture), rien là de très original- ce pourrait être, écrit par un talent de plume, un roman policier efficace, mais on est dans le monde de Puértolas, cet auteur qui aime faire rire quand il écrit. Alors, qu’il est doux, en sa compagnie, de passer tout un été sans Facebook… En la compagnie également de l’étourdissante Agatha Crispies, « une jeune femme de trente-cinq ans qui en imposait quand elle entrait quelque part. Par son « ampleur » d’abord, car elle n’était que formes et ne laissait guère de place autour d’elle. Des seins et un postérieur aussi démesurés que les promesses d’un candidat à la présidence. Par la couleur de sa peau ensuite, d’un noir de jais, exotique dans ce coin de l’Amérique profonde, voire très profonde »… 

Une autre précision : elle raffole des donuts au chocolat ! Et puis, "Tout un été sans Facebook" est un hymne à la lecture, une célébration au plaisir de lire- Agatha Christie et Colombo vont grandement aider Agatha Crispies dans ses enquêtes, « Il y a beaucoup de références littéraires, explique Romain Puértolas. Agatha vit dans cette littérature, à travers ces polars, à travers ces romans ». Re-vive le « poilar », surtout quand il est signé Romain Puértolas !

Tout un été sans Facebook
Auteur : Romain Puértolas
Editions : Le Dilettante
Parution : 3 mai 2017
Prix : 22 euros