Pauline

Quand sort la recluse : Dans la toile de Fred Vargas…

Écrit par Serge Bressan Catégorie : Polars Mis à jour : jeudi 18 mai 2017 05:13 Affichages : 591

Fred VargasPar Serge Bressan - Lagrandeparade.fr/ Un neuvième et nouveau « rompol » : Quand sort la recluse, pour Fred Vargas. C’est tout simplement un best-seller annoncé avec l’histoire du commissaire Adamsberg et d’une araignée peureuse… Alors, on ne demande qu’à la croire…

Entrée en littérature voilà un quart de siècle après avoir été archéozoologue, à 59 ans, Fred Vargas le dit, le répète : « Je n’ai jamais voulu être écrivain ni avoir du succès ». Mais Quand sort la recluse- son neuvième roman à peine arrivé dans les rayons des librairies, on sait déjà qu’à la fin 2017, il sera parmi les plus vendus de l’édition française. Comme si, pour chacun de ses livres, Fred Vargas- cette auteure qui se définit comme « une empathique gravissime, c’est catastrophique, ça me bousille la vie », avait trouvé, connaissait la formule magique du best-seller… Un neuvième roman qui, selon la romancière, représente « un mois d’écriture, six mois de correction. Mon fils a corrigé le manuscrit, vérifié tous les horaires de train… Quand me vient une idée, ce n’est pas un choix. Parmi les dizaines d’idées qui me traversent l’esprit en m’endormant, il y en a qui partent à la poubelle et d’autres qui sont montées sur ressorts »

Et nous voilà embarqués, une nouvelle fois, dans les pas du commissaire Jean-Baptiste Adamsberg, flic un peu barré, magnifique « attrapeur de nuage » comme le définit l’auteure. « Adamsberg, assis sur un rocher de la jetée du port, regardait les marins de Grimsey rentrer de la pêche quotidienne, amarrer, soulever les filets. Ici, sur cette petite île islandaise, on l’appelait « Berg ». Vent du large, onze degrés, soleil brouillé et puanteur des déchets de poisson. Il avait oublié qu’il y a un temps, il était commissaire, à la tête des vingt-sept agents de la Brigade criminelle de Paris, 13ème arrondissement », apprend-on, dès les premières lignes. « Berg » avait oublié, ça ne dure pas longtemps, Paris l’appelle. Retour en France en urgence… Il y a des enquêtes à boucler. Des banales, des ordinaires que « JeanBapt » va résoudre rapidement… Et puis, il y a cette affaire. Bizarre, étrange… Une affaire qu’il point en se penchant sur l’ordinateur de Voisenet, un des policiers de la Brigade obnubilé par les insectes et autres petites bêtes- c’est d’ailleurs ce même Voisenet qui a rapporté au bureau un sac contenant une tête de murène en état de putréfaction bien avancée… Le commissaire découvre alors que, dans le Sud de la France dans la région de Nîmes, trois personnes âgées sont mortes après avoir été piquées par une recluse- une araignée qui a peur de l’homme, dont la morsure provoque des nécroses et dont le nom savant est Loxosceles rufescens. Le commissaire : « Pour tuer vos trois hommes, il aurait fallu disposer de quelque deux cents recluses. Ou de quelque soixante à soixante-dix araignées pour un homme ».

Evidemment, à la Brigade, bon nombre d’agents sont persuadés qu’Adamsberg a un cerveau grignoté par une araignée ! Qu’importe ! le commissaire va rameuter quelques fidèles parmi les fidèles pour (tenter de) confondre l’assassin qui se sert de la recluse, cette araignée qui sort si rarement de son trou et ne mord que par accident. Toujours maîtresse dans l’art de tricoter un « rompol » (contraction de « roman policier »), Fred Vargas tisse une toile dans laquelle s’agitent le passé des victimes, des archives scolaires ou encore le commissaire Adamsberg qui, un jour, décide de retourner un champ (et sa mémoire) en compagnie d’un ami archéologue. Auteure nourrie à l’adolescence aux lectures d’Agatha Christie, Arsène Lupin et autres Sherlock Holmes et aujourd'hui avouant pour références Ed McBain, James Crumley, Donald Westlake, Dashiell Hammett ou encore Raymond Chandler, elle rappelle qu’elle ne s’inspire jamais de faits réels, s’en justifie : « Les histoires des autres ne m’appartiennent pas. Donc, je pars dans des histoires fantastiques… » Et c’est ainsi que, lectrice, lecteur, on se fait prendre dans la toile…

Quand sort la recluse
Auteur : Fred Vargas
Editions : Flammarion
Parution : 10 mai 2017
Prix : 21 euros