Pauline

Ultimatum : un polar effréné à l'effet papillon

Écrit par Catherine Verne Catégorie : Polars Mis à jour : dimanche 23 avril 2017 18:54 Affichages : 391

UltimatumPar Catherine Verne - Lagrandeparade.fr/ Un polar à dévorer au premier moment de libre ce week-end. L'inspectrice de la criminelle, Julia Gabrielsson, a fort à faire pour résoudre le meurtre d'un homme fraîchement repéché - ou du moins d'un être dont la forme évoque vaguement un humain, autant qu'on peut décemment en juger devant son faciès sculpté à la tronçonneuse. Ce cadavre qui n'est pas identifiable -parce que quand même c'aurait été trop facile pour notre formidable héroïne- a été retrouvé lors d'une plongée par des plaisanciers qui cherchaient fortuitement à dégager leur ancre. Comme quoi, on ne soupçonnera jamais la force de l'effet papillon.

En cas de désoeuvrement suite à cette lecture, on peut donc aussi sortir en mer taquiner le gougeat de tout acabit, particulièrement le specimen jeté à l'eau après défiguration pour ne pas être reconnu. Qui sait ce qui en sortira? Ajoutons que l'enquête de Julia Gabrielsson se mène sur fond d'élections -tiens donc- et implique un ministre - de la Justice tant qu'à faire. Vraiment! Mais à qui une campagne électorale pourrait bien donner des idées de meurtre? C'est là que l'histoire, entendez la fiction bien ficelée par l'expert Anders de la Motte, convoque les thèmes forts de l'ambition et de la politique. Virage vertigineux en direction d'un cap limite, celui de l'abus de pouvoir, dont on ne revient pas toujours. Quand on vous dit à la Grande Parade que c'est le polar à lire avant les élections ou jamais! Pas très dépaysant? Suédois quand même. Et enfin, pourquoi faire simple quand on peut emberlificoter? Le pompon, c'est quand même qu'on ait filé dans les pattes de notre Girl Power un ersatz de collègue d'une virilité chancelante à la moindre odeur d'autopsie. Les femmes dans cette fiction ont du reste la part belle, et pas forcément celle de l'ange-gardien en la si charmante personne de Julia Gabrielsson. Rien comme l'instinct féminin pour remonter ainsi la piste d'un flic, officiellement interné selon source sure - le boss- mais qu'on retrouve quand même assassiné à des kilomètres du dit asile. Bref, les pistes se brouillent, le radar s'emmêle les pinceaux, défiant les plus aguerris capitaines de leur âme de deviner l'issue de ce polar. De multiples questions assailleront le lecteur, et l'envie de lancer à l'auteur un "ultimatum" du genre: mais tu vas me le donner cet indice pour que je comprenne enfin les identités du cadavre et du tueur? Des questions en tout sens jusqu'à: Pour qui roule la femme du ministre? Qu'est-ce qui se cache dans les entremises à bateau suédoises? Qui remportera les prochaines élections? Autant demander au papillon. Heureusement, c'est le romancier Anders de la Motte, par ailleurs ancien officier de police, qui tient la barre de ce polar effrené! Du lourd donc! Tout s'explique à la fin mais attention, ça va tanguer en mer du Nord en ces frais week-end de printemps! Et en vertu de notre effet papillon, on en verra les répercussions jusque en France, et sur nos écrans auxquels sera bientôt adapté ce roman.

Ultimatum
Auteur: Anders de la Motte
Editeur: Fleuve noir
Traductrice: Carine Bruy
Parution: 9 février 2017
Prix: 20,90 euros